La guerre en négatif, par Rafael Yaghobzadeh, photographe

Rafael_009

©Rafael Yaghobzadeh

Blessé par un bombardement avec son collègue du journal Le Monde, lors du conflit au Haut-Karabakh, Rafael Yaghobzadeh connaît intimement le prix à payer pour témoigner des ravages de la guerre.

Deuxième volet de son projet éditorial sur l’Ukraine, Territory, publié conjointement par les éditions parisiennes Nuit Noire et BATT Coop, est un livre composé uniquement de négatifs donnant le sentiment d’être la proie d’une vision thermique menaçante.

Questionnant la façon dont les médias mainstream rendent compte de la guerre, Rafael Yaghobzadeh a choisi de montrer des scènes fantomatiques, où les êtres humains n’ont plus de visage.

Rafael_010

©Rafael Yaghobzadeh

Où est-on ? Sommes-nous la cible d’un sniper ? Est-il encore possible de croire en la solidité de la réalité ?

Est-il au fond si important de savoir se repérer spatialement quand la virtualisation de nos existences est en cours, et qu’il s’agit d’une guerre peut-être plus féroce encore que la bêtise brute des balles ?

Les lignes de front sont des blessures dans le paysage, et nous marchons à l’aveugle vers le terme de notre destin.

Qui sera le prochain ? Est-on si certain de ne pas tirer sur un frère, une sœur, un enfant perdu ?

Commencée en 2014, la guerre du Donbass est loin d’être finie, mais qui s’en soucie vraiment ?

Rafael_019

©Rafael Yaghobzadeh

Pierre Sauteuil, qui signe le texte de ce livre superbe et dérangeant, écrit à propos de son ami : « Pour lui, l’identité visuelle du Donbass se résume à cette essence mécanique, sombre et futuriste, un univers de science-fiction hanté par une pénombre perpétuelle. Dans cet envers du miroir, les perspectives disparaissent. Les câbles électriques découpent des tessons de ciel carbone. Plantés dans la neige sombre ou la boue blanche : des poteaux nus, des masures détruites, des statues de Lénine. Les animaux sont absents, les armes prennent vie. Dans un jour noir, l’hélicoptère devient un dragon insectoïde. Les douilles éparpillées au sol ressemblent à des bactéries sous un microscope. »

Ce pourrait être une dystopie d’Andreï Tarkovski, mais, non, il s’agit simplement du spectacle halluciné de notre égarement et de nos médiocres férocités.

Le négatif souligne les lignes, les détails géométriques, les nuances de gris, la froideur des fusils.

Une humanité vit ici sous le péril de la destruction, de la ruine, de l’exil.

Rafael_002b

©Rafael Yaghobzadeh

En attendant la victoire, la mort ou la trêve, on se rassemble, on pêche, on emmène les enfants jouer au parc.

Passe un cercueil tenu par des frères d’armes, alors que quelques pages plus loin un nuage de poussière noire et de feu consécutif à un bombardement se propage, s’épanouit, semblant soudain asphyxier la ville.

En fin d’ouvrage, il y a des légendes – « Un soldat pro-russe sous la pluie à un check-point sur la route de Slovyansk »,  « Des habitants célèbrent l’Epiphanie orthodoxe sur le lac gelé, à la périphérie de la ville », « Un jeune Ukrainien assis dans un bus municipal, à la gare ferroviaire du centre-ville »… -, n’atténuant cependant pas l’effet de désorientation opéré par l’ouvrage, davantage cosa mentale que document, sidération qu’archive historique, distance d’outre-monde que servilité de représentation.

Territory est une danse de spectres dans un paysage de mort.

territoryBC

Rafael Yaghobzadeh, Territory, rédaction Pierre Sauteuil, direction artistique Benjamin Lieb, Adrien Vautier, Florian Villain, maquette Benjamin Lieb, Editions Nuit Noire / BATT Coop, 2021, 64 pages –  400 exemplaires

Rafael Yaghobzadeh – site

Editions Nuit Noire

BATT Coop

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s