Les bords framboisiers de ta bouche, par Simon Johannin, écrivain

Le baiser (Lee Miller), 1930, Man Ray « Les restes qui me composent ne savent plus jouir / Et je voudrais aimer la vie / Autant qu’elle m’aime à ce jour » L’écriture de poèmes relève souvent pour les écrivains s’exprimant aussi dans d’autres genres littéraires de l’hygiène mentale. Parce qu’il faut desserrer très vite l’étau social…

Une possibilité supérieure d’existence, par Friedrich Nietzsche, philosophe

La danse des Bacchantes, 1849, Charles Gleyre « Dévotion, masque merveilleux de l’instinct de vie ! Abandon au monde onirique accompli, qui apportera la plus haute sagesse morale ! Fuite devant la vérité, afin de pouvoir l’adorer de loin, voilée dans les nuées ! Réconciliation avec la vérité car elle est énigmatique ! Renoncement à la résolution de l’énigme, car…

Goya face au chaos, par Stéphane Lambert, écrivain

Autoportrait avec le docteur Arrieta, Minneapolis Institute of Art, 1820, Francisco de Goya, « L’art fut pour moi l’apprentissage de notre communauté dans la solitude. A force de rôder devant les œuvres, et d’éparpiller mes sensations, la nécessité de comprendre l’origine de mon attrait s’imposa. » L’antithèse, ou la figure oxymorique, est la frappe morale et esthétique…

L’âme de Billie Holiday, par David Margolick, écrivain

« Strange Fruit défie toute classification musicale commode et a glissé entre les mailles des recherches universitaires. C’est un titre trop sophistiqué pour être de la musique folk, trop explicitement politique et polémique pour être du jazz. Dans toute l’histoire américaine, aucune chanson ne pouvait à ce point réduire le public au silence ou générer un…

Poétiques et micropolitiques des écritures singulières, par la revue If

©Laurent Eisler Revue des Arts et des écritures contemporaines, If, fondée par Liliane Giraudon, Henri Deluy et Jean-Jacques Viton, en est déjà à son cinquantième numéro. Dirigée par Hubert Colas, cette publication marseillaise semestrielle est devenue l’un des lieux les plus réjouissants de l’art contemporain, l’humour et l’esprit de jeu, voire d’enfance, n’y étant pas…

La panique, le silence, l’amour, par Gérard Berréby, poète

« tel un éclair / le mot se fracasse / contre le mur du doute » Le silence des mots, du poète, plasticien et éditeur Gérard Berréby, est un titre mallarméen pour un livre écrit au cœur de l’angoisse, de la menace, de la mort, et de l’ouverture par le corps, le visage, l’amour. Après Stations des…

Jeter des pierres au vent, par Federico Garcia Lorca, proses inédites

« Rien de plus antipoétique que le lien logique entre deux objets de quelque espèce qu’ils soient. Il faut briser les amarres des liens visibles et invisibles. Il faut laisser les objets et les concepts aller librement où ils veulent, qu’ils luttent, qu’ils volent pour que le monde soit plus amusant et que puisse exister la…

Les fleurs hermétiques du cante jondo, par Federico Garcia Lorca, poète assassiné

Au commencement était le chant. « Les vieilles gens emportent dans leur tombe les trésors inestimables des générations passées, et l’avalanche grossière et stupide des refrains actuels altère la délicieuse ambiance populaire de toute l’Espagne. » La publication en volume bilingue de la magnifique conférence prononcée en 1922 au Centre Artistique de Grenade par Federico Garcia Lorca…

La faux siffle sur la terre, par Patrik Ourednik, écrivain, ou le mentir vrai du «  Je me souviens »

« Je me souviens que pendant mon voyage en France en soixante-quatorze, je draguais les filles en leur disant : « Je viens de Tchécoslovaquie et j’aimerais faire l’amour avec vous. » Je me souviens que ça marchait : tout d’abord, elles m’interrogeaient sur la situation politique du pays. » Vingt-quatre chapitres, vingt-quatre années d’une vie formée, déformée, encadrée par la…

James Joyce, poète

Lorsqu’il poétise, à Dublin, Trieste ou Zurich, le grand James Joyce écrit bref, et élégiaque. Dieu est là, peut-être, dans le simple, parmi les bêtes, plus chaudes qu’âme d’homme irrémédiablement blessé, séparé. Il y a les élans d’amour, et la puissance du vent, « Ô mon enfant de bleu veinée ». « Sous les orties…

De l’engagement personnel, par Paul-Louis Landsberg, philosophe

« Jeté dans un monde plein de contradictions, chacun de nous éprouve souvent le besoin de se retirer du jeu, de se mettre à l’écart « au-dessus » des événements, en spectateur détaché. » Décédé en 1944 dans le camp d’Oranienburg, auteur de Essai sur l’expérience de la mort (1937) et de Le Problème moral…