Ouvrir les portes, Venise à double tour, par Jean-Paul Kauffmann, écrivain

Dans son dernier récit, Venise à double tour, Jean-Paul Kauffmann raconte une obsession : se faire ouvrir les dizaines d’églises fermées de Venise, généralement pour des raisons absconses, mystérieuses, ou tout simplement oubliées par les protagonistes eux-mêmes de la fermeture des portes. A travers un livre mené comme une enquête, placé sous la haute protection…

L’appel à l’acte de l’écriture, par Patti Smith, voyageuse du multivers

« Une joie particulière accompagne la météo, clémente, une légèreté appréciable à laquelle je succombe facilement. J’entre dans l’église de Saint-Germain où des garçons sont en train de chanter. Une communion peut-être. Il y a dans l’air un enchantement solennel et j’éprouve le désir familier de recevoir le corps du Christ, mais je ne me joins…

De la plasticité du mot figura, par le philologue allemand Erich Auerbach

Figura, d’Erich Auerbach (1892/1957), est une œuvre d’exil, publiée pour la première fois sous forme d’article en 1938, alors que le critique et philologue allemand spécialiste de Dante, vit en exil à Istanbul. Les éditions suisses Macula avaient publié cet important travail en 2003, mais le livre était introuvable. Le voici de nouveau disponible, c’est…

Frapper contre la coquille, par la philosophe Simone Weil, aimée de Dieu

Dans le flux des livres qui arrivent chaque jour, certains titres, certains noms vous arrêtent immédiatement, comme une possibilité d’espoir, d’éveil, d’apaisement. Ainsi celui de la philosophe Simone Weil, dont la vie fut si absolue qu’elle la perdît en août 1943, à Londres, à trente-quatre ans, après avoir rejoint la France libre du Général de…

Ecce homo, une saison en vallée d’Aspe, par Pierre Adrian, écrivain

C’est un livre qui fait tout simplement un bien fou, non parce qu’il serait un beau voile d’illusion, mais parce qu’il apaise par sa vérité, fût-elle difficile, âpre, voire dérangeante parfois. Des âmes simples  est le deuxième ouvrage aux éditions des Equateurs du jeune Pierre Adrian (un demi-siècle) après La Piste Pasolini (2016), qui était…

Eric Tabuchi une manière de « Becher pop »

Eric Tabuchi est un photographe dont la matière est celle des non-lieux, ou marges de territoires parfois considérées comme ingrates. Inventant une ligne propre, entre description objective, voire objectiviste, du monde, et liberté de ton et d’invention, Eric Tabuchi fait de ses images un espace plastique, en ce qu’elles offrent, malgré leur frontalité apparente, une…