Soyez tranquilles, cela chauffe, par Louise Michel, révolutionnaire

002936055

« L’anarchie, c’est l’avenir de l’humanité. » (Auguste Blanqui)

On ne sait plus très bien cet été ce qu’il en est de la décomposition du monde, tant on aura cherché à rejoindre l’indemne, mais, en matière politique, l’esprit renouvelé car débarrassé des fantoches qui en occupent trop souvent l’esprit (les têtes à finances), il importe de revenir aux fondamentaux, soit le très beau nom de Louise Michel.

Son cri de révolte, Prise de possession (1890), fut beaucoup lu, maintes fois réédité, mais les éditions étaient grandement fautives (confusion sur les patronymes, incohérences diverses).

002952535

Republié aujourd’hui par les éditions de L’Herne bénéficiant du travail de fond de Claude Rétat, ce texte « pour la justice et l’état de droit », l’émancipation contre l’exploitation/expropriation, peut être considéré dans sa redécouverte comme une petite révolution dans la révolution.

Réflexion sur la nature anthropophagique du pouvoir capitaliste, Prise de possession est une incitation à la prise de pouvoir populaire, dont le fondement consiste en « la grève générale sans caisse de secours » (concept bakounien).

La révolution que prône Louise Michel – faire la République vraiment sociale – sera donc populaire, anticolonialiste, internationaliste, hautement féminine, mais aussi scientifique et technique. Les temps d’une nouvelle éocène sont à ce prix.

000745735

Voici quelques phrases, vous aurez compris.

« Il faut bien que la vérité monte des bouges, puisque d’en haut ne viennent que des mensonges. »

« La base ce sera la justice égalitaire au lieu de la force. Ce n’est pas nous qui faisons ce nouvel ordre des choses, c’est l’heure, les circonstances s’entassent ; la lutte du désespoir, sans peur et sans merci, est maintenant raisonnée. »

« Eh bien, les bulletins de vote destinés à être emportés par le vent avec les promesses des candidats ne valent pas mieux que les sagaies contre les canons. Pensez-vous, citoyens, que les gouvernants vous les laisseraient si vous pouviez vous en servir pour faire une révolution ? Votre vote c’est la prière aux dieux sourds de toutes les mythologies, quelque chose comme le mugissement du bœuf flairant l’abattoir, il faudrait être bien niais pour y compter encore, de même qu’il ne faudrait pas être dégoûté pour garder des illusions sur le pouvoir, le voyant à l’œuvre il se dévoile, tant mieux. »

« Prise de possession est plus exact qu’expropriation, puisque expropriation impliquerait une exclusion des unes ou des autres, ce qui ne peut exister, le monde entier est à tous, chacun alors prendra ce qu’il lui faut. »

002109177

« Quand les troupeaux deviennent menaçants on les décime à l’abattoir des guerres. »

« Refuse, paysan, ton fils pour aller égorger les autres peuples, ta fille, pour les plaisirs des maîtres ou des valets ; apprends-leur la révolte afin qu’ils aient enfin la sociale, la République du genre humain. »

« Parfois le paysan se lasse comme le bœuf de labour flairant l’abattoir, il devient terrible. Le troupeau alors se rue sur les bouchers ; ce sont les jacqueries. »

« Comme il y a longtemps qu’on étouffe bêtement du même collier ! Chose étrange parmi les plus étranges, c’est le pouvoir et la force traités par Eschyle comme nous les traitons nous-mêmes. La scène dans Prométhée s’ouvre sur une idée moderne, le pouvoir pressant le supplice de celui qui a doté les hommes du feu. »

Vous avez quelque chose à rajouter ?

004768026

Louise Michel, Prise possession, édition complète, préfacée et annotée par Claude Rétat, éditions de L’Herne, 2017,  86 pages

Les Editions de L’Herne

leslibraires.fr

Se procurer Prise de possession

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s