Editer des livres de photographie, un métier d’art, par Marie Sepchat, fondatrice de the(M) éditions

Mes jours - Mes nuits

En quelques titres parfaitement édités, immédiatement reconnaissables par le soin apporté à leur fabrication, Marie Sepchat, fondatrice de the(M) éditions, a réussi à imposer son nom, synonyme d’exigence et de qualité.

Conçus comme des objets-livres, publiés en édition limitée, ses ouvrages peuvent être considérés en soi comme des œuvres d’art.

Les amateurs ne s’y trompent pas, qui les plébiscitent, conscients que l’élégance et le respect des intensités poétiques sont des hommages rendus à chaque artiste.

Nous avons conversé à propos d’une planète/structure éditoriale en douce expansion.

Pourquoi avoir décidé de fonder une maison d’édition dédiée à la photographie ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

Au départ, mon souhait était de fonder une maison d’édition dédiée aux livres d’artistes. J’ai à l’époque contacté des artistes peintres, des réalisateurs de cinéma et des photographes avec lesquels j’avais envie de travailler, tant leur univers créatif se prêtait à la publication de tels ouvrages. Puis, un jour, j’ai rencontré Gil Rigoulet qui m’a montré ses magnifiques images sur la piscine Molitor en 1985. C’est à ce moment-là que je me suis dit qu’il ne fallait pas passer à côté d’une si belle opportunité de publication ! Nous avons donc décidé de travailler ensemble sur un ouvrage en édition limitée à partir de cette série. Cette collaboration a donné lieu à la création de the(M) éditions.

Comment avez-vous pensé le nom « the(M) éditions » ?

the(M), comme le « them » anglais, soit « les artistes », et M comme l’initiale de mon prénom.

Proxemics

Sur quels principes esthétiques repose votre maison d’édition ?

Je pense mes livres comme des objets. J’accorde de l’importante à leur aspect sensoriel et à l’expérience de lecture. Les différents éléments qui composent les ouvrages et les jeux de textures liés au choix des papiers ou des techniques d’impression ou de façonnage en font des livres-objets qui sont évidemment mis au service des images des artistes. Les bonnes images se suffisent souvent à elles-mêmes. Les partis pris esthétiques doivent donc être justifiés et en accord avec l’univers de l’artiste.

Comment êtes-vous distribuée/diffusée ? Qui sont vos partenaires ?

Je n’ai pas de diffuseur / distributeur pour la France et je travaille avec Antenne Books pour le Nord de l’Europe. Je travaille avec un réseau de quelques dizaines de libraires et galeristes spécialisés tels que Le Plac’Art Photo, Artcurial, Le BAL, les Arpenteurs…

Comment choisissez-vous les auteurs que vous publiez ? Comment avez-vous pensé votre rythme de publication ?

Pour le moment, je me fie à mes coups de cœur. Je n’ai pas de ligne éditoriale axée sur une esthétique ou un courant photographique particulier. Depuis la création de la maison d’édition fin 2015, j’ai publié en moyenne quatre livres par an. Ce rythme me convient, car il me permet à la fois de prendre le temps de bien réfléchir à la conception de chaque livre, et de le commercialiser dans de bonnes conditions.

Quel a été le livre le plus difficile à éditer techniquement ?

Le livre le plus compliqué à éditer techniquement est Proxemics de Renato D’Agostin. Il s’agit d’une rétrospective de ce jeune photographe qui avait déjà publié de nombreux livres à partir de ses différentes séries. Nous voulions donc présenter ses images, pour certaines non inédites, sous un angle nouveau. Nous avons réfléchi, mes collaborateurs du studio graphique Les Graphiquants et moi-même, à une impression Offset en blanc sur un papier noir. Afin de conserver les contrastes caractéristiques de certaines des images de Renato, nous avons fait de nombreux tests d’impression pour optimiser le nombre d’applications, de passages d’encre blanche. Surpris et séduits par l’obtention d’un blanc irisé, presque bleuté (et donc pas un réel blanc), nous avons décidé de nous en tenir à trois passages d’encre blanche. Nous sommes parvenus à « sublimer » le travail de Renato, à donner une autre texture à ses images sans dénaturer son travail. Ce livre a d’ailleurs remporté le prix de La Nuit du Livre 2017.

IMG_6037

Avez-vous des modèles dans le domaine des maisons d’édition ?

J’admire le travail de différents éditeurs de livres de photographie, mais mes livres « cultes » ont été publiés par des éditeurs très divers, éditeurs incontournables, petits éditeurs. J’ai aussi en tête quelques livres auto-édités absolument fascinants.

Quel est votre programme éditorial pour les mois à venir ?

Au mois de mai sortira un livre sur le travail au long cours de Pierre de Vallombreuse sur le peuple Palawan aux Philippines. Suivra en septembre un livre à partir du travail d’une photographe japonaise dont je ne révélerai pas le nom car le projet n’est pas confirmé, puis en novembre une nouvelle collaboration avec Renato D’Agostin sur son travail à Shanghai. Enfin, en décembre, je publierai une édition augmentée de Day Dreaming / Night Clubbing de Philippe Morillon, puis le second catalogue de la galerie Thierry Bigaignon.

Sur quels points aimeriez-vous progresser encore ?

Tous les aspects de mon travail sont perfectibles, mais je souhaite notamment continuer à améliorer ma culture photographique, et du livre de photographie en particulier, et faire évoluer mes compétences dans le domaine de la fabrication de mes ouvrages afin de multiplier les options de format / papier etc. pour continuer à surprendre les artistes qui me confient leurs images et les amateurs de livres qui les achètent.

Quelle est votre plus grande surprise en tant qu’éditrice ?

Je pratique ce métier depuis peu de temps, la surprise prend donc encore une place importante dans mon quotidien !

Propos recueillis par Fabien Ribery

1-COUVE

Site de the(M) éditions

Sortie prochaine du livre de Pierre de Vallombreuse, Une Vallée, the(M) éditions [titre provisoire]

Merci à Gil Rigoulet pour l’image de une

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s