La fin des territoires, par Aline Diépois et Thomas Gizolme, photographes

adtg_AbstraktZermatt_012
© Aline Diépois & Thomas Gizolme

Sur les hauteurs de la ville de Zermatt, dans le Valais (Suisse), située au pied du Mont Cervin, Aline Diépois et Thomas Gizolme, couple de photographes membres de l’agence VU’, ont découvert que la perte d’identité pouvait correspondre à une félicité de lumière.

Le voyage qu’ils ont mené en ces territoires prisés des skieurs, randonneurs et alpinistes de la jet set internationale fut bien davantage une aventure spirituelle qu’un désir d’exploration fun de la montagne.

Un livre édité avec classe par Steidl, Abstrakt Zermatt, en témoigne, dont le titre évoque la force logique et déroutante de la peinture abstraite.

adtg_AbstraktZermatt_014
© Aline Diépois & Thomas Gizolme

Il s’agit donc ici avant tout d’éprouver plus que de décrire, de ressentir plus que de narrer.

En ces espaces de démesure, tout point de réalité est de l’ordre du sublime et de l’effroi.

Pour le couple se confrontant à un tel spectacle, l’humilité semble de mise, qui est une façon de se vivre ensemble dans l’ampleur d’un hic et nunc abolissant les prétentions de maîtrise, sur l’autre, ou sur la nature indifférente à la mort des humains et de leurs tendres amours complexes.

adtg_AbstraktZermatt_015
© Aline Diépois & Thomas Gizolme

Travaillant avec des pellicules périmées, Aline Diépois et Thomas Gizolme font des processus chimiques des alliés objectifs d’une œuvre pouvant être d’aujourd’hui, d’hier ou même de demain.

La texture des images est un précipité temporel, sorte de bain originel aux grains de lumière porteurs de volupté.

Comme dans les livres anciens, les photographies se présentent en des feuillets non découpés, ce qui n’est pas une coquetterie, mais une façon de faire tenir ensemble, dans un continuum de nature onirique, des paysages teintées d’émotions très différentes.

adtg_AbstraktZermatt_020
© Aline Diépois & Thomas Gizolme

Il y a des traces, des signes, de la neige violette, des nuages traversés d’astéroïdes jaunes, des pierres gravées recouvertes de lichen.

Le sentiment est océanique, musical, comme une vaste respiration possible d’avec les éléments menant la danse.

C’est l’été, c’est l’hiver, des silhouettes jouent au hockey, ce sont des enfants, ou peut-être des concrétions de brouillard.

Les chalets dorment, attendent une éclaircie pour le lendemain, sont un peu inquiets.

adtg_AbstraktZermatt_073
© Aline Diépois & Thomas Gizolme

Se repérer au flash, découvrir des monstres.

Tout s’efface, tout s’éloigne, tout glisse sur la paupière comme on tourne les pages d’un livre de prière dans un état d’hypnose.

Apparaissent une coulée de glace, vague gigantesque figée par le gel, un lac d’altitude, des végétaux arachnéens.

Un homme, vu de dos, marche, un couple d’âge mûr prend un apéritif en terrasse, le printemps revient comme les excursionnistes en sacs à dos.

Abstrakt Zermatt est un livre sans texte, se soutenant de la seule force de ses images bâties de vibrations inconscientes.

Un cheval à la robe blanche s’approche de nous, nous regarde longuement, puis se détourne sans regret, avant que de pénétrer dans une chapelle où veille un Christ en larmes.

abstrakt-zermatt

Aline Diépois & Thomas Gizolme, Abstrakt Zermatt, Steidl, 2017, 96 pages – 73 images

Abstrakt Zermatt et White Isles of the South Sea, exposition Galerie VU’ (Paris) du 9 février au 3 mars 2018

Entrer chez Steidl

Site d’Aline Diépois & Thomas Gizolme

Découvrir la galerie VU’

main

Se procurer Abstrakt Zermatt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s