Des livres en quête de lecteurs, du marché de l’[auto]édition photographique, par Céline Ravier, photographe, auteure, chercheuse

Couverture-HCB-Medias-715x479

S’intéressant aux liens entre transformations actuelles du marché de l’édition photographique et apparition des nouvelles technologies numériques dont se sont emparés les photographes, Céline Ravier publie chez Arnaud Bizalion un livre attendu, [auto]édition photographique, Enquête sur une mutation.

Il se produit depuis quelques années, dans le monde de l’édition photographique, de véritables bouleversements, tant la production semble s’emballer, notamment par le fait de l’apparition de nombreux micro-éditeurs, à la structure économique généralement très fragile.

La question est donc moins celle de la production, et de la qualité, que de la visibilité, en dehors du petit milieu des professionnels de la photographie et des amateurs éclairés, certes de plus en plus nombreux, d’une myriade de livres cherchant leurs lecteurs.

sans-titre

Il apparaît que « grâce à la constante progression des technologies d’impression, au développement des outils et réseaux sociaux numériques, à une culture plus affinée pour le livre objet, et face à une désaffection croissante vis-à-vis de la presse et de l’édition classique, la démocratisation de l’édition photographique a franchi un seuil supplémentaire ces dernières années. »

Les auteurs ont gagné en autonomie, les festivals et rencontres se sont multipliés, le goût pour l’artisanat du livre papier de petite production s’est développé.

Pour comprendre plus avant de quoi l’édition photographique actuelle est le nom, l’enquête de Céline Ravier s’avère précieuse, s’interrogeant en cinq temps sur le livre de photographie, entre « Histoires et évolutions », « Bouleversements actuels du marché », « Evolutions technique et numériques », « Nouveaux statuts du photographe auteur-autoéditeur », « Forme future ».

Présentation d’un livre en quelques questions, comme autant de balises :

– Importance de Louis Désiré Blanquart-Evrard quant à la conception et réalisation des premiers livres de photographie ?

– Quel ouvrage (d’Edward Ruscha) est-il considéré comme le premier livre d’artiste moderne ? Pourquoi ? Quels choix formels ?

– Quels liens entre Dada, les fanzines et les années punk ?

CP_Les_Ame_ricains-1-1024x896

– Combien de livres (marge d’erreur de 10% acceptée) de photographie publiés en France chaque année ? Combien dans le monde (idem) ?

– Le modèle économique des maisons historiques est-il obsolescent ?

– Comment l’imprimerie Escourbiac parvient-elle à ne pas perdre de parts de marché ? Stratégie commerciale de l’imprimerie familiale Chirat ?

– Qui sont les nouveaux éditeurs alternatifs français (dix noms sont attendus) ?

– Passage du Cosmos Arles Books au Temple Arles Books : quelles évolutions ? Quel bilan?

– Impression Offset ou numérique ?

– Le crowdfunding, un eldorado ?

– Que penser des plateformes de vente en ligne ?

– Le boom de l’autoédition construit-il un nouvel objet de collection élitiste ?

– Pourquoi le livre de photographie imprimé est-il si désirable ?

Réfléchissez bien, et, si vous ne savez pas, Céline Ravier vous aidera.

auto-edition-photographique-enquete-sur-une-mutation-celine-ravier

Céline Ravier, [auto]édition photographique, Enquête sur une mutation, Arnaud Bizalion Editeur, 2019, 96 pages

Arnaud Bizalion Editeur

gasoline_02

main

Se procurer [auto]édition photographieque, Enquête sur une mutation

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s