Dominique Rolin, le rire d’une gnostique, par Patricia Boyer de Latour, écrivain et amie

Claude_Monet,_Saint-Georges_majeur_au_crépuscule

« Je n’ai jamais eu de rancœur, c’était mon destin. Alors, j’embrasse le Temps et je vole au-dessus. »

Près de la ville de Nag Hammadi, au nord-ouest de Louxor, était trouvée en 1945 une bibliothèque remarquable, comprenant des écrits ésotériques datant du milieu du IVe siècle traduits en copte, l’ensemble comprenant plus de mille pages d’écriture.

Il faut probablement une vie pour les lire et les comprendre un peu.

Ils sont disponibles depuis 2007 dans la Bibliothèque de la Pléiade, mais, fors les aventuriers de la revue Ligne de Risque, peu se sont risqués à y consacrer leurs forces.

Plus près de nous, lumineux et essentiels, il y a Messages secrets, paroles confiées dans les dernières années de sa vie par la romancière Dominique Rolin (1913-2012) à son amie Patricia Boyer de Latour, qui a su les retranscrire avec beauté et intelligence.

Cet ouvrage est bien davantage qu’un livre d’entretiens, aussi précieux soient-ils, c’est un traité gnostique contenant un savoir très profond sur le Temps.

Depuis une mauvaise chute ayant eu lieu en avril 2006, Dominique Rolin a dû réinventer sa vie, aidée par la puissance de son écriture, par l’ordre de ses rites quotidiens, et par l’amour indéfectible de Jim, Philippe Sollers, rencontré en 1958 alors qu’il avait vingt-deux ans, venait de faire paraître Une curieuse solitude, était adoubé par les meilleurs agents (Aragon, Mauriac), et qu’elle en avait le double.

La publication récente de leur correspondance a permis de découvrir l’une des plus belles histoires d’amour du siècle, parce que pensée et écrite depuis la vaste pulsation de la bibliothèque et de la nature considérées comme un seul mouvement, parce que vécue dans la victoire par ko, musiques et rires, du soleil vénitien tombant chaque soir avec gloire sur San Giorgio Maggiore, ou dans l’appartement du 36, rue de Verneuil, à Paris.

La mort prendra nos yeux, et alors ? Il reste la voix perforant l’espace, tourbillon d’énergie, vortex de colonne vertébrale tournant sur elle-même.

La mort est là, s’approche, rôde, nargue, c’est une petite chose vulgaire, un leurre, une mouche minable. A respecter comme toute entité de la création, mais sans trop en faire.

« Pourquoi diaboliser la mort ? C’est une manière de voir assez étroite, qui empêche le corps de s’épanouir dans toutes ses possibilités et qui les ignore. Il faut mordre sur la mort : je m’y prépare, déjà libérée et légère. »

Précédé de la réédition de Plaisirs (entretiens publiés en 2002, Gallimard, L’Infini), Messages secrets se présente sous la forme de courts chapitres thématiques sans questions explicitement écrites, comme un seul flux de paroles, un seul corps multiplié, une même méditation sur le Temps et son il était, sans aucun esprit de vengeance.

Arrivée à l’instant où se révèle le royaume, Dominique Rolin se sait élue, proclamant sa chance avec beaucoup de joie : « A l’âge que j’ai maintenant, tout est magnifique. Je me suis fait baptiser il y a plus de vingt ans déjà, le 23 octobre 1986, et Jim est mon parrain. Tout est bien, il ne peut plus rien m’arriver de mal. J’ai la certitude qu’une vie m’attend après. La foi me préserve de tout. Il me semble qu’on est peut-être choisi pour quelque chose d’autre… J’estime que je suis choisie. »

La vie est devenue écriture, l’écriture vie, portée par la confiance absolue dans l’amour pensé comme grâce et surabondance.

Lui est un axe de musique et de stabilité, de protection et d’audace, de fidélité et d’intensité calme.

« Tous les deux, nous avons sur qu’il fallait protéger dans nos vies quelque chose de central et de pur : la lumière, la foi, le travail. S’ouvrait alors, à l’instant de notre rencontre, un canal lumineux qui me laissait émerveillée par la beauté et la direction qu’il prenait. »

De la jalousie ? Bien sûr, un peu, atrocement, mais comme un charme à dissiper, d’aucune importance quand l’on sait d’instinct que se tracent par la rencontre fondamentale les lignes d’un destin.

L’amour s’invente, se conquiert, se donne.

C’est une liberté ou ce n’est rien.

La diable guette, il n’aime pas le bonheur.

« Jamais je ne m’absente de cette certitude que tout procède de ma force, même si je traverse des moments où celle-ci a l’air de chanceler. »

Croire en son parcours, serrer sa pensée, s’offrir le luxe d’une expérience intérieure considérable (rêver, écrire, lire, aimer), faire « un saut de gymnaste dans l’or du temps ».

Découvrir à plus de quatre-vingts ans les Mémoires de Saint-Simon est un privilège, la vie est étonnante.

Aucun excès dans les mondanités, mais être simplement là, avec Jean Cocteau, Florence Gould, Blaise Cendrars, Jean Paulhan, Violette Leduc, Raymond Queneau, Nathalie Sarraute, Michel Déon, tant d’autres.

Albert Camus ? « Il séduisait toutes les femmes. Il faut dire qu’il avait un charme fou, le genre un peu grand joueur de premier plan ! »

Julien Gracq ? « C’était un timide qui parlait beaucoup de lui-même, sur un plan neutre. Je voyais bien que je l’intéressais, mais sa conversation m’ennuyait. Rien ne sonnait juste, tout était stéréotypé entre nous. »

Jean-Edern Hallier ? « Il était fou, avec un fond d’intelligence : l’Emmerdeur par excellence. »

Dominique Rolin ? une rose poussant mystérieusement dans la forêt de Soignes en Belgique, belle d’être sans pourquoi, indomptée, sauvage, et amoureuse.

Envoi à tous les mammifères : « Très peu comprennent, ce n’est pas grave. Tout ce que j’éprouve de joie, de chagrin, de peur, d’échec, de retour en arrière, tout cela est fait pour la réussite. Et je suis débordée par une force à laquelle je n’avais pas pensé, une pensée se faisant au moment même où elle se donne. Tout ce qui est ciel, silence, travail, paix, bonheur, est porté par cette certitude qui n’a rien à voir avec rien. L’écriture est l’émanation de cette certitude : je suis dans l’immobilité profonde, éblouissante et vivante de ma liberté. »

006376165

Dominique Rolin, Plaisirs suivi de Messages secrets, entretiens avec Patricia Boyer de Latour, Gallimard, 2019, 342 pages

L’Infini – Gallimard

main

Se procurer Plaisirs suivi de Messages secrets

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s