Oiseaux, au-delà de l’Histoire, par Michael Kenna et Graciela Iturbide, photographes

3_NDF0746
Saguaro, Sonoran Desert, Mexico, 1979. © Graciela Iturbide

On s’y habitue, on trouverait presque cela normal, mais il faut dire et redire l’exceptionnel engagement des amis de Xavier Barral dans des productions éditoriales de haute qualité, chaque fois étonnantes, somptueuses, impériales.

Après ceux de Bernard Plossu, Penti Sammallahti, Yoshinori Mizutani et Terri Weifenbach, paraissent deux nouveaux volumes – appelons-les des Inséparables – dans la collection Des oiseaux, de Graciela Iturbide et Michael Kenna.

GI_Pajaros con arbol_Guanajuato_1990
Birds and tree, Guanajuato, Mexico, 1990. © Graciela Iturbide

La volière est immense, ouverte aux vents du monde, qu’ils viennent de France, de Finlande, du Japon, des Etats-Unis, et, pour ces deux derniers ouvrages, du Mexique et d’Angleterre.

A l’heure de la sixième extinction des espèces, les éditions Barral bâtissent une arche de Noé, Dieu leur en saura probablement gré.

Les oiseaux de Graciela Iturbide sont des signes du destin, des âmes noires et tourmentées, des créatures planant sur le désert de nos vies comme des couteaux de sacrifice.

GI_Los gallos, Juchitan_1986
Cockerels, Juchitán de Zaragoza, Oaxaca, Mexico, 1986. © Graciela Iturbide

Ils ont la tête à l’envers, perdent leurs plumes, crachent dans le ciel une encre de mélancolie.

Les voilà, menaçant, lacérant sans pitié la chair meuble de nos illusions perdues.

Tout ceci se passe en noir et blanc, comme dans un film perdu de Luis Buñuel, entre Terre sans pain et L’Ange exterminateur.

Pour conjurer le mal, la solitude et l’ennui, il faut des rites, des cérémonies, des passes magiques, des cruautés.

GI_Autorretrato México_1989
Self-portrait, Mexico, 1989. © Graciela Iturbide

Il faut se frotter les yeux avec le corps des oisillons, faire couler le sang d’un poulet sur le carrelage, réduire en esclavage le peuple volatile.

Mais, attention, la vengeance ne tardera pas, abattement de nuées sur nos consciences à l’instant du Jugement dernier.

Une oie claudique seule parmi les herbes hautes, aussi un homme traversant les immondices dans un nuage d’ailes noires.

Ce sont les oiseaux du ravage, des déchets agricoles, des ambitions humaines avortées.

One Hundred and Five Birds, Prague, Czechoslovakia. 1992
One Hundred and Five Birds, Prague, Czechoslovakia, 1992.
© Michael Kenna

Impression de fièvre obsidionale, d’envahissement, de plaie de destruction, comme dans l’Ancien Testament.

Les chiens tiennent colloque, négociant avec cette drôle d’engeance volante.

Dans le désert de Sonora, les urubus en savent plus long que nous, ce sont des messagers, des envoyés des temps apocalyptiques, nous leur devons le respect accordé aux divinités infernales, ou propitiatoires.

Les oiseaux de Michael Kenna quant à eux sont des signes graphiques parcourant des rectangles de vision.

Wanaka Lake Tree, Study 2, Otago, New Zealand. 2013
Wanaka Lake Tree, Study 2, Otago, New Zealand, 2013.
© Michael Kenna

Ce sont des profondeurs de temps et d’images, des agrégats d’atomes suspendus dans le vide, des paysages mouvants.

Ils sont posés là de toute éternité, sur une roche, sur une grève, sur une branche.

Leur capacité migratoire reste un mystère, pas moins grand que celui de la construction des pyramides d’Egypte.

Leurs conciliabules sont des courbes harmoniques belles et étranges.

On entre dans les photographies de Michael Kenna sur la pointe des yeux et des oreilles, les sens en alerte, comme on se tient à l’affut sous le couvert d’un taillis espérant découvrir une nouvelle fois les chemins de grâce.

Leaning Agave and Flying Bird, Nice, France. 1996
Leaning Agave and Flying Bird, Nice, France, 1996. 
© Michael Kenna

Le temps humain de l’attente paraît dérisoire devant tant de patience déployée un peu partout sur la planète, en Chine, en France, en Birmanie, en Californie, en Floride, en Suisse, au Japon, en Géorgie, en Tchécoslovaquie.

Des grues picorent la neige, des cygnes tracent de calmes sillons dans la brume, les humains ont disparu.

L’Histoire est un cauchemar écrit par un idiot, bien moins malin qu’un pigeon de château.

Ils sont partout, adorent les promontoires, les vues imprenables sur la petite racine humaine, les paysages sans turbulence.

En des nuances de gris très voluptueuses, Michael Kenna ne photographie pas que des oiseaux de passage, mais des positions métaphysiques de fond.

des-oiseaux-graciela-iturbide.jpg

Graciela Iturbide, Des oiseaux, texte Guilhem Lesaffre, 2019, 104 pages – 66 photographies noir & blanc

Graciela Iturbide

Editions Xavier Barral

des-oiseaux-michael-kenna.jpg

Michael Kenna, Des oiseaux, texte de Guilhem Lesaffre, 2019, 104 pages – 49 photographies noir & blanc

Michael Kenna

Editions Xavier Barral

Morning Mists, Pyin U Lwin, Myanmar. 2019
Morning Mists, Pyin U Lwin, Myanmar, 2019. 
© Michael Kenna

d

Se procurer l’ouvrage de Graciela Iturbide

Se procurer l’ouvrage de Michael Kenna

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s