Love after Love, par Feline De Coninck, photographe

FDC_3

©Feline De Coninck 

Love after Love est un poème de Derek Walcott publié en 1976, mais c’est aussi un petit livre de photographie autopublié à cinquante exemplaires par Feline De Coninck.

Trouver l’apaisement après l’amour, s’accepter, aller vers soi par l’autre.

Ne plus se projeter dans un miroir brisé, être qui l’on est par l’étranger qui nous a aimé.

FDC_7 (2)

©Feline De Coninck 

Le quitter, se quitter, puis l’accueillir de nouveau.

Se détacher pour s’attacher mieux, autrement, plus intensément encore, en traversant les illusions du soi trompeur.

Et se régaler de soi, de l’autre, de tout.

FDC_8 (2)

©Feline De Coninck 

Avec une sensualité extrême – le désir est une assomption de détails se transformant en féérie de flammes -, Feline De Coninck ré/invente en images le poème de sa vie, after Love.

Ecouter sa voix intérieure, partir, courir, aller vers les aubes nouvelles, ne pas se retourner sur le corps de l’amant encore étendu, si beau dans son sommeil, nu, fort et vulnérable.

Ouvrir le livre qui sauvera votre vie.

FDC_10 (2)

©Feline De Coninck 

FDC_11

©Feline De Coninck 

Entrer dans des cavités inquiétantes, toucher le fond.

Deux parties, des images en noir et blanc, des esquifs de sauvetage, des surfaces de flottaison.

Il fallait aller jusqu’aux rives de la mort, avant de se prendre les mains de nouveau, de se déshabiller de nouveau, de se laisser éblouir de nouveau.

FelineDeConinck_6

©Feline De Coninck 

La nature est sublime, elle était glacée, mais jouit maintenant comme jamais.

Les photographies de Feline De Coninck sont des caresses, des effleurements, des souffles ardents.

La page les fixe, mais elles sont vouées à circuler, se déplacer, se métamorphoser.  

FelineDeConinck_3

©Feline De Coninck 

Il faut imaginer les livres qui écriront notre vie.

Le futur se décide, on appelle cela la littérature, l’art, la poésie.

Je ne sais rien de Feline De Coninck, dont le petit livre de grande sensibilité m’est arrivé par la poste, mais je sais qu’il faut le laisser s’enfuir, s’échapper, se poser un instant là, avant d’aller plus loin toucher d’autres cœurs.

FelineDeConinck_1 (1)

Feline De Coninck, You will love again, design by Joachim Ballaux, autopublication, 2021 – 50 exemplaires

FelineDeConinck_9

©Feline De Coninck 

Feline De Coninck – site

FelineDeConinck_10

©Feline De Coninck 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Vève dit :

    Magnifique, comme presque chacun de vos posts!
    Je ne sais pas pourquoi, mais cet ouvrage m’évoque « Quelque chose noir » de Roubaud…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s