Quelques pas de danse, et puis s’en vont, par Valérie Horwitz, photographe

© Valérie Horwitz

« Il y a des mots sur les murs ; en minuscules, en majuscules… / Des lettres capitales comme des cris de colère, de douleur, de révolte, de terreur, de rage, de solitude, de torture, de désespoir… Des appels, des alarmes, des explosions d’une puissance atomique. »

In Between, de Valérie Horwitz, est un travail réalisé avec des femmes dans un centre de détention en 2018 et 2019 dans le cadre d’ateliers participatifs.

Cette série relève à la fois de l’art minimal et de la performance chorégraphique.

Ce septième volume de la maison d’édition Owl’s – très belle couverte sérigraphie sur papier noir – est une méditation en images sur les thématiques de l’enfermement et de l’élargissement de l’espace.

Projet soutenu par le Centre National des Arts Plastiques, In Between, qu’accompagnent de fragments versifiés composés par l’auteure, propose d’ouvrir un intervalle d’enchantement dans un espace carcéral, sans nier la réalité des murs et des barbelés.

© Valérie Horwitz

Comme chez Denis Darzacq, on saute, on vole, on expérimente les lois de la gravité pour tenter de les déjouer.

On ne voit pas le visage des femmes, la loi pénitentiaire ne l’autorisant probablement pas, mais leur corps est beau, saisi dans un moment de grâce.

Tee-shirt New York, baskets, bracelet, petite veste, chevelure très noire.

L’emprisonnée n’est pour quelques secondes plus une recluse, mais une danseuse regardée par tous (l’édition comporte 300 exemplaires).

On cherche les points d’appui – ce peut être le dos d’une partenaire -, on s’amuse, chemise roulée en boule autour du crâne, à être la femme à la tête de chou.

Imprimé dans un noir et blanc très doux, In Between est ouvert au vent, au basculement, à l’agrandissement des territoires du dedans.

© Valérie Horwitz

La métaphore florale est opérante : « Des fleurs poussent / sans jamais avoir été semées, / grandissent, / survivent là, / se nourrissent du peu que la terre sous bitume et béton a à offrir / et n’ont besoin de rien d’autre que du soleil. / La gravité courbe leurs tiges / elles sont laissées là / et subissent. »

Accepter d’être regardée, photographiée, un peu dirigée peut-être.

Une liberté s’invente, s’exprime, se déploie.

Les mains touchent les mots, et la fenêtre grillagée devient un plateau de danse vertical.

In Between montre sans aucune ostentation, avec la rigueur de la sérialité d’un dispositif valant amer, la profondeur d’intériorité en chaque femme, leur besoin de se métamorphoser peut-être, par le geste non contraint et la puissance du processus artistique.   

Valérie Horwitz, In Between, texte Valérie Horwitz, conception et maquette Fleur Descaillot, Owl’s Edition, 2022 – 300 exemplaires

https://valeriehorwitz.com/fr/accueil

https://owls-edition.com/valerie-horwitz-in-between

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s