Hugues Reip in Wonderland, un voyage imaginaire en dessins

©Hugues Reip

Wonderama, de Hugues Reip, est un livre de grande singularité, particulièrement réjouissant alors que la sinistrose et la menace nucléaire grignotent peu à peu les derniers espaces vierges de notre esprit.

Ce titre énigmatique évoque la rencontre entre le pays des merveilles imaginaires (Wonderland) et un diorama, l’ouvrage se composant de quarante-deux dessins de l’auteur réalisés entre 2009 et 2022 à l’encre de Chine et à l’aquarelle, parfois augmentés de collages.

L’artiste polyvalent – dessinateur, graphiste, vidéaste, photographe – intitule sa série Noirs Desseins, qui sont des cosmos où flottent des planètes de cellules multicolores, des fleurs étranges, des organismes marins jamais vus encore.

©Hugues Reip

Hugues Reip propose un enchantement, comme si nous pénétrions l’inconscient d’une chenille au moment de sa métamorphose.

Dans ses aquariums verticaux se détachent sur fonds noirs striés de petits traits blancs comme autant de vaguelettes d’onirisme des végétaux surprenants, des fruits mûrs, des microorganismes en apesanteur.

Il y a des animaux, des insectes – libellules, scarabées, papillons -, des batraciens, des lémuriens, des serpents, des oiseaux, tout un bestiaire très personnel de créatures gluantes ou menaçantes, mais la beauté des couleurs et des formes géométriques rédime l’impression diffuse de néant.

Entre la lumière et les ténèbres a lieu le plus grand des combats, il est spirituel.

©Hugues Reip

L’art le plus intense est à ce niveau de lutte intérieure.

On voit des zébrures, des éruptions volcaniques, des squelettes aux mains florales, une procession de fourmis, un hippocampe expirant un ruban arc-en-ciel.

Chaque fantasmagorie est d’une liberté folle, défiant le langage tout en ravissant les yeux.

Le papier épais rappelle celui des albums dessinés de notre jeunesse, mais les visions sont ceux d’un adulte explorant par les mains ses dons de voyance.

Les crustacés dansent, les méduses phosphorent, les bougies créent des mandalas.

©Hugues Reip

Au cœur du livre, la philosophe des sciences et professeure à l’Université de Liège Vinciane Despret invente un texte splendide, presque dément, comprenant un glossaire pour mieux aborder le continent Hugues Reip – son « insurrection ontologique » -, en s’interrogeant sur l’origine des langues.

« Les mots seraient le fruit d’une initiative apparemment tardive de la création. Ils auraient été mis à notre disposition. Selon certains fragments [d’un mystérieux corpus appelé « actes de la première création »], ils devraient leur existence à une déesse mineure, par ailleurs décrite au fragment 25 comme « désœuvrée ». Elle les aurait inventés sans y accorder aucune signification – il faut, pensons-nous, comprendre : « sans les attacher à aucune signification. » Libre à ceux qui les découvriraient de les articuler à telle ou telle chose, voire de chercher, dans le grand répertoire des noms possibles, lorsqu’une chose nouvelle émerge, celui qui lui conviendrait. »

Nous vivions la sixième extinction des espèces – des organismes vivants, mais aussi de la biosphère des mots -, qui se sont réfugiés dans le cerveau d’un artiste leur offrant une arche de protection imaginaire.  

Hugues Reip, Wonderama, texte de Vinciane Despret, conception graphique et mise en page Schaffter Sahli, Editions Macula, 2022, 72 pages

http://www.huguesreip.com/situg3/01.accueil.html

©Hugues Reip

Ce livre est aussi accompagné d’une chanson intitulée Tanquil Light (8’57) du compositeur Rodolphe Burger à télécharger sous forme de QR code, paroles de Hugues Reip (voix) d’après Joseph Cornell – Rodolphe Burger, guitare et voix / Christophe Calpin, batterie et claviers / Simon Burger, claviers

https://www.editionsmacula.com/livre/172.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s