Cette jeune vieille Amérique bizarre, par Viktor Hübner, photographe

©Viktor Hübner « Peut-être les Américains ont-ils vraiment une vie intérieure. » (Lyle Rexer) Que connaît-on finalement des Etats-Unis, si ce n’est l’ensemble de nos projections que nous prenons pour des réalités intangibles ? Bien sûr, ce pays est avalé par ses propres représentations, il est pure image – telle est sa force –, mais il y a…

Entre abandon et lumière, par Georg Trakl, poète

Soleil d’automne et arbres, 1912, Egon Schiele « Chaque moment où la voix s’élève et commence à chanter, puis retombe et s’éteint, est d’une douceur indicible dans ce beau poème, qui m’a puissamment saisi par ses distances intérieures ; on le dirait bâti sur des silences ; quelques clôtures entourant le sans parole illimité : telles sont ses lignes….

Penser en hérétique, Günther Anders, philosophe

Hiroshima, 6 août 1945 « Comme ils ont l’air inoffensifs, ces bidons de Zyklon B – je les ai vus à Auschwitz -, avec lesquels on a supprimé des millions de gens ! » Günther Anders (1902-1992) est un veilleur, un guetteur, un éveilleur. Prenant acte des catastrophes du XXème siècle – les Première et Deuxième Guerres mondiales,…

Tout ange est d’angoisse, par Rainer Maria Rilke, poète

« Qui donc, si je criais, m’écouterait dans les ordres des anges ? Et même si l’un d’eux me prenait soudain sur son cœur, je périrais sous le coup de son existence tellement plus forte que la mienne. Car le beau n’est que la porte de l’angoisse, ce seuil dont nous nous approchons tout juste, et, nous…

Hauteurs de Goethe, écrivain

« Rien d’étonnant à ce que nous nous complaisions tous plus ou moins dans la médiocrité car elle nous laisse en repos, nous donnant le sentiment confortable de traiter avec des semblables. » Œuvre d’une vie, les Maximes et réflexions de Goethe, écrites çà et là sur des bouts de papiers, des brouillons, des feuilles volantes, des…

Lait noir de l’aube, par Paul Celan, poète

« Il est temps que la pierre consente à fleurir. » (Paul Celan à Ingeborg Bachmann) Un très grand respect s’attache au nom de Paul Celan, l’un des plus importants poètes de langue allemande du XXe siècle, né en 1920 à Czernowitz, capitale de la Bucovine alors roumaine, et mort à Paris en avril 1970, après s’être…

Penser la métamorphose avec Kafka, par Léa Veinstein, chercheuse, écrivain

Comprendre comment l’œuvre d’un écrivain tel que Kafka modifie, inquiète, inspire la philosophie, tel est le sujet de réflexion de Léa Veinstein dans Les philosophes lisent Kafka. Benjamin, Arendt, Anders, Adorno (Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme, 2019), qui fut d’abord l’objet d’une thèse soutenue à l’université de Strasbourg. Lisant, avec ferveur, Kafka…

Der Bau, Le Terrier, par Franz Kafka

Le terrier est vivant, il parle, c’est un personnage. La terre bruit de paroles, de bavardages, d’obsessions. Le silence est partout, il est pourtant rare. Une bête a construit son terrier, elle en est fière. C’est un labyrinthe très organisé, une forteresse, car les ennemis rôdent. Il faut calculer, envisager toutes les hypothèses, une catastrophe…

Les mange-pas-cher, ou Thomas Bernhard, l’isolé absolu

Pour analyser comme il se doit les œuvres de l’écrivain autrichien Thomas Bernhard (1931-1967), il faudrait être un fin musicologue, et être capable de transposer ses phrases sur une portée musicale afin de repérer les récurrences de structures, les répétitions de mots, les déplacements savants. La musique bernhardienne n’est nullement un ornement, quand le jeu…

Connaissons-nous nos masques ? par Cees Nooteboom et Rüdiger Safranski

J’avais bien mille vies et je n’en ai pris qu’une fait partie de ces livres que l’on prend grand plaisir à ouvrir au hasard et picorer, dans la certitude que du moindre grain l’on fera un festin. Pourquoi se contenter d’une seule vie ? d’une seule linéarité ? Pourquoi ne pas se laisser réinventer régulièrement, n’importe quand,…

Sortir de l’impasse, par Herta Müller, prix Nobel de littérature

« Je crois que les gens se divisent en deux catégories, selon leur façon de ressentir les paysages. Les uns aiment escalader une montagne, avoir les pieds tout près des nuages, et dominer la vallée de la tête, du regard. Là-haut, leur souffle se libère, leur poitrine se dilate, ils prennent un grand bol d’air. Les…