Words, lay me down, par Eric Sarner, poète

« J’écris sur Fernando Pessoa et sur la boxe, sur les mères de la place de Mai de Buenos Aires et sur Marcel Duchamp, sur le ladino, la langue des juifs d’Espagne, et sur l’art de Frank Sinatra. Je respire ainsi. Complètement. J’aime les puzzles. Les choses attendent toujours qu’on les conjugue. » Se définissant comme « voyageur-chroniqueur »,…

Vivre, entre dons et épreuves, par Charles Juliet, écrivain

« J’ai l’impression que mon adolescence n’a jamais pris fin. Au long des années, elle s’est enrichie d’un accord avec ce que je suis, d’une force calme, d’une vision sereine de la vie. Et la faim est toujours là. Insatiable. » Charles Juliet est de ces écrivains qui touchent par leur constant souci d’authenticité, en poésie ou…

Le Kid de Charleroi, par Thomas Fliche, photographe

Ce kid-là, je le kiffe, il vient directement de mon enfance. Un quartier résidentiel de Calais, des petites maisons coquettes, et, à côté des ferrailleurs, la famille Jacob, sept boxeurs professionnels sur trois générations. Mes voisins, mes copains. Des titres à n’en plus finir, champion de France poids super-plumes et poids coqs, champions du monde…

La légende de Mina Loy, femme libre, par l’écrivain Mathieu Terence

Après Le transhumanisme est un intégrisme (Le Cerf, 2016), De l’avantage d’être en vie (Gallimard, 2017), l’écrivain Mathieu Terence, décidément en pleine forme, signe chez Grasset une enthousiasmante biographique de Mina Loy, peintre et poétesse, femme suprêmement libre, dans la cruauté assumée de ses désirs. L’exergue, emprunté à William Shakespeare (La Nuit des rois) est…

REX is the Queen, par le photographe Zackary Canepari

C’est un livre à la couverture or auréolé de nombreux prix et intitulé sobrement REX. C’est une histoire d’Amérique, une success-story comme on en rencontre quelquefois dans le monde du sport : une jeune femme noire, décide, envers et contre tout/tous, de faire de la boxe. Elle a onze ans, on ricane. Dix ans plus tard,…

De l’agriculture comme ascèse et amour

Les livres les plus savoureux sont quelquefois ceux que l’on attend le moins. Vous qui appréciez peut-être L’homme qui murmure à l’oreille des chevaux, découvrez sans tarder L’homme qui écoute les légumes. L’ironie est facile, mais, si le titre ressemble à une blague de Pierre Richard, le contenu de ce bel objet publié par Actes…