Le sentiment poétique de l’existence, par Françoise Nuñez, photographe

©Bernard Plossu Françoise Nuñez, décédée le 23 décembre 2021, est partie pour un vaste ailleurs. Femme d’une sensibilité exceptionnelle, belle Andalouse incarnant la noblesse de son sang, la compagne tant aimée de Bernard Plossu était une photographe rare. J’écrivais il y a un an dans un article présentant l’ensemble de son travail : « Françoise Nuñez est…

Tarifa-Tanger, caresser les contours, par Marine Lécuyer, photographe

©Marine Lécuyer Les zones frontières sont souvent les plus intéressantes, espaces troubles, à la fois d’arrêt et incertains, territoires des relégués comme des plus astucieux. Avec Tarifa-Tanger, Marine Lécuyer explore ces deux lieux extrêmes situés en vis-à-vis, chacun de l’autre côté de la mer Méditerranée.   Avec une belle intuition poétique et formelle, permettant de…

La sensation de l’existence, par Françoise Nuñez, photographe

© Françoise Nuñez « Que ferait-on sinon exister ? » (A Valparaiso, Françoise Nuñez, Filigranes Editions, 2012) Parce que l’époque est infernale, virale, petite, restreinte, il est plus que jamais nécessaire de trouver les bons katas, les contrepoisons, les objets de secours. Comme on étend délicatement sur le tatamis son hakama, j’ai ainsi déployé devant moi, sur la…

Les destinerrances du photographe Bernard Plossu

« Bernard Plossu est un homme tellurique en quête d’une abolition de toute séparation avec le monde, dans la nostalgie des rochers, de la terre, des rivières, de la mer. La photographie est une tentative de reconquête de cet univers perdu, des retrouvailles avec ceux qui se pressent. Sentiment d’appartenance aux mouvements du monde. »…

Adolescence, le saut de l’ange, par Steeve Iuncker, photographe

L’adolescence est un âge de désorientation et de métamorphoses profondes. C’est un âge où l’on dort beaucoup, parce que la mue se fait durant le sommeil et qu’il lui faut un abandon complet de tout l’être. Pour accélérer la transformation de l’enfant en aîné, il faut parfois se violenter un peu, souvent, s’arracher la peau,…

Dites, qu’avez-vous vu ?

Voici un livre des plus plaisants à lire, parcourir en tous sens et en toute liberté, avec lenteur, ou frénétiquement, selon les appétences du cœur et de l’esprit. Dix-huit entrées, dix-huit écrivains de natures très diverses (paysan, journaliste, sociologue, romancier, géographe, éditeur, poète…) sont invités – Anne Bécel coordonne le tout et fait le montage…