Sicile, divin bien, par Marco Rigamonti, photographe

Périple sicilien, de Marco Rigamonti, est un voyage dans l’ocre et le silence, dans la quasi-absence des humains et la grâce de toute chose. Pour la beauté des vides, les aplats de couleurs et l’impeccable ordonnancement des objets de la réalité dans l’espace, on pense à Luigi Ghirri, et aux photographes italiens du Nord découvrant…

S’arrêter, par Jean-François Billeter, sinosophe

Deux nus, 1902, Pierre Bonnard Lire Jean-François Billeter me met systématiquement en joie, parce que sa pensée, s’élaborant à partir du plus simple et du processus du vivant observé finement, conduit à l’éveil. Rassemblant trois courts textes excellents, Bonnard, Giacometti, P. – publiés chez son éditeur français historique, Allia – s’interroge sur les notions du…

Fuir, renaître, fonder, par Monika Orpik, photographe

©Monika Orpik C’est un livre très beau, finement dialectique, où plane une menace. Tout est en suspension, la nature elle-même, douce, simple, sans grandiloquence, semble en attente d’une révélation. Stepping Out Into This Almost Empty Road, publié à Wroclaw par OPT, est un ouvrage de la jeune artiste d’origine polonaise vivant à Hambourg Monika Orpik….

Cette jeune vieille Amérique bizarre, par Viktor Hübner, photographe

©Viktor Hübner « Peut-être les Américains ont-ils vraiment une vie intérieure. » (Lyle Rexer) Que connaît-on finalement des Etats-Unis, si ce n’est l’ensemble de nos projections que nous prenons pour des réalités intangibles ? Bien sûr, ce pays est avalé par ses propres représentations, il est pure image – telle est sa force –, mais il y a…

Buchenwald, la parole abandonnée, par Sylvain Vergara, déporté

Nous ne sommes pas les derniers, Zoran Music « Quand ils descendirent sur la place d’appel, les mains liées derrière le dos, le murmure des voix s’amoindrit et le silence ne contemplait plus que les nuages qui passaient dans le ciel juste au-dessus du bois où les arbres très noirs attendaient aussi. Et ce n’était pas…

Georges Bataille à la Banque de France, par Yannick Haenel, romancier

« J’étais très loin dans la nuit, traversé par les époques, accroupi dans le désert du Sinaï près d’un fagot de bois ou contemplant l’aurore au bord d’une mer grecque, allongé à l’intérieur d’un temple, mais toujours guidé par l’éclat d’une lame de couteau. » Quelquefois, le souffle est puissant, brûlant. C’est alors un feu grégeois de…

Dans la guerre, par Kamilya Kuspanova, photographe

©Kamilya Kuspanova « Though the civilisation had been destroyed, the world was peaceful again. » Livre/fanzine de l’artiste kazakhe installée en France, Kamilya Kuspanova, A Dreamer is Still Asleep, est un état intime autant qu’un reflet du monde. S’affrontent en cet opus de grande beauté les forces de la destruction et les puissances de la création. Faut-il…

Saeta, un chant cordouan, par Miles Aldridge, photographe

© Miles Aldridge « Je ne suis pas croyant, mais je crois au Caravage. » (Miles Aldridge) Nous ne pouvons plus douter. Il nous faut des ferveurs de Semaine sainte, une foi inébranlable, une évidence, un feu de transfiguration. Dans son œuvre sur la piété cordouane, intitulée Cordoba, publiée chez Louis Vuitton dans la collection Fashion Eye, le…

Une possibilité supérieure d’existence, par Friedrich Nietzsche, philosophe

La danse des Bacchantes, 1849, Charles Gleyre « Dévotion, masque merveilleux de l’instinct de vie ! Abandon au monde onirique accompli, qui apportera la plus haute sagesse morale ! Fuite devant la vérité, afin de pouvoir l’adorer de loin, voilée dans les nuées ! Réconciliation avec la vérité car elle est énigmatique ! Renoncement à la résolution de l’énigme, car…

Visages vides formes, par Luis Gonzalez Palma, photographe

©Luis Gonzalez Palma Inspirées par le compositeur John Cage, les images du photographe guatémaltèque Luis Gonzalez Palma sont des variations sur la forme et le vide, le vide comme forme, la forme comme vide. Questionnant les notions d’incarnation, d’enfantement et de visage, son œuvre éminemment personnelle est d’une grande beauté touchant à l’abstraction, voire à…

Vie, mort, vie, par Thibault Biscarrat, poète

Orphée, 1865, Gustave Moreau « Aujourd’hui, voici, la solitude m’assiège mais mon cœur n’a pas peur. Il existe un lieu, une voix, un destin. » Thibault Biscarrat écrit des livres où la parole brûle. Des livres où résonnent les mots du Christ repris par Saint Luc : « J’apporte le feu sur la Terre et qu’ai-je voulu sinon qu’il…