Une poésie ouvrière et antifasciste, par Jazra Khaleed, écrivain

« Selon Facebook, jusqu’à la fin de 2015, trois cent onze de mes amis avaient été tués depuis le déclenchement de la guerre. J’ai décidé de fermer mon compte, il faut que la mort ait un début, un milieu et une fin. Je ne peux pas passer ma vie à a suivre. » Publié pour la première…

En Pandémie, par Barbara Stiegler, philosophe, et Philippe Forest, écrivain

« Le monde d’après, c’est un monde désinfecté mais pollué, c’est le monde d’avant mais en pire.  En plus hygiénique. En plus eugéniste. Exsangue. […] Une humanité saine, silencieuse, censurée d’émotions, centrée sur l’amnésie du leader. Son dogme. Ses insomnies (de guerrier). Elevée dans la haine de la dissonance. Et l’amour de la Javel. » (Alexandre Labruffe,…

Gide et Malraux, une amitié capitale

« Les artistes ne viennent pas de leur enfance, mais de leur conflit avec des maturités étrangères. » (Les Voix du silence) Il faut toute la puissance d’une maison d’édition comme Gallimard pour publier, avec la fondation Catherine Gide, un livre aussi dense et richement illustré qu’André Gide, André Malraux, L’amitié à l’œuvre, 1922-1951, quand la curiosité…

Sortir de l’impasse, par Herta Müller, prix Nobel de littérature

« Je crois que les gens se divisent en deux catégories, selon leur façon de ressentir les paysages. Les uns aiment escalader une montagne, avoir les pieds tout près des nuages, et dominer la vallée de la tête, du regard. Là-haut, leur souffle se libère, leur poitrine se dilate, ils prennent un grand bol d’air. Les…

La catastrophe qui vient, Walter Benjamin en France

On n’a peut-être pas assez pris la mesure de l’immense courage de Walter Benjamin, sa mort par suicide à Portbou, à la frontière des Pyrénées espagnoles, et sa réputation de malchanceux (lire Hannah Arendt à propos du thème/poème du « bossu » dans le texte qu’elle consacra en 1971 à son ami), ayant orienté l’approche du grand…

Le chant et la rage d’un peuple pré-politique, Pasolini chantier (3)

Transcription d’un entretien avec des professeurs dans un lycée de Lecce dix jours avant sa mort, La Langue vulgaire, de Pier Paolo Pasolini, est un texte d’une force considérable, parole d’intervention publique pouvant aisément trouver sa place aux côtés des Ecrits corsaires et des Lettres luthériennes. Y est une nouvelle fois dénoncée, dans un dialogue…