Le Greco, égaré absolu, par Jean-Paul Marcheschi, peintre et essayiste

« L’essentiel est de faire durer le désir dont le but nous est souvent obscur. » Dominikos Thetokopoulos, dit Le Gréco, est une bizarrerie dans l’histoire de l’art. Peintre que nul n’attendait – car la société se croit toujours seule -, né à Candie en Crète (possession vénitienne) en 1541, mort à Tolède en 1614,…

La mort est dégoûtante, dix-neuf entretiens avec Francis Bacon, présentés par Yannick Haenel

Il y a des jours comme cela où vous vous enchantez de l’alignement des planètes, soit l’association d’un excellent peintre (Francis Bacon), avec un excellent écrivain (Yannick Haenel), mais aussi un excellent photographe (Marc Trivier invité dans l’antre du peintre en 1981), réunis par un excellent éditeur (François-Marie Deyrolle, L’Atelier contemporain). Reprenant des entretiens ayant…

La revanche des ânes, par Adel Abdessemed et Hélène Cixous

« Adel est né comme moi d’un pays d’où la pitié pour l’âne avait été bannie. » Il est très rare d’avoir la sensation d’être le contemporain d’un génie littéraire. Inventeur d’une langue-monde, sauvage, radicale, Hélène Cixous a fait du français une terre étrange, presque étrangère, entée sur l’inconscient, surtout de puissance magique, capable de rétablir, depuis…

Vole au néant sa part de vie, par Tristan Felix, poémancienne

Tristan Felix est une drôle de paroissienne, poétesse mais aussi photographe, dessinatrice, marionnettiste, performeuse, conteuse, habitante de mondes étranges, activiste en langues belles et sauvages – elle a dirigé jusqu’en 2016 avec Philippe Blondeau La Passe, revue des langues poétiques. Observatoire des extrémités du vivant, son seizième livre publié, est un triptyque célébrant, à travers…

Tempus fugit, tempus jouit, ou l’œuvre carnavalesque de Roland Sénéca

On n’attrape pas l’Indien Sénéca, graveur pariétal de son état, comme on attrape des mustangs dans un film de John Huston. Parce que ce diable d’homme fuit de partout, et ne cesse d’échapper à toute tentative de réduction. Vous l’avez compris, la servitude volontaire n’est pas pour lui.   Homme fontaine, comme il y a…

La corne acérée du taureau, une iconographie de la corrida, par Ozvan Bottois

Dans un texte intitulé « De la littérature considérée comme une tauromachie » constituant la préface de son maître livre autobiographique, L’Âge d’homme (1939), Michel Leiris écrit : « Ce qui se passe dans le domaine de l’écriture n’est-il pas dénué de valeur si cela reste « esthétique », anodin, dépourvu de sanction, s’il n’y a rien, dans le fait d’écrire une œuvre…

Surfaces et profondeurs du tout-paysage, Alexandre Hollan vu par Yves Bonnefoy

Alexandre Hollan peint des mystères très concrets, des présences, les formes du vivant. Des arbres, des feuillées, des ramures, des pulsations et frémissements d’êtres, des points de passage entre le visible et l’invisible. Ouvrage reprenant dans l’ordre chronologique les neuf textes écrits par le poète Yves Bonnefoy sur le travail d’un peintre qu’il n’a cessé…

Une ontologie de Polichinelle, par Giorgio Agamben

La comédie est-elle plus profonde que la tragédie ? Parvenu à l’extrémité de sa vie, un philosophe italien qui enseigna à Venise, et qui pensa/pense en actions autant qu’en paroles, décide de consacrer quelques-unes de ses dernières forces à la figure inattendue de Polichinelle, proposant à travers ce personnage issu de la commedia dell’arte une réflexion…

La photographie comme théâtre des apparitions, par Marie Maurel de Maillé

Pier Paolo Pasolini distinguait un cinéma de prose d’un cinéma de poésie. A bien des égards, le travail photographique de Marie Maurel de Maillé se rattache à cette deuxième catégorie. Epanchement du songe dans la vie réelle, ses images relèvent à la fois de l’intime et de la création d’une contre-allée, désirable, habitable, sortes d’hallucinations…