Songes de Vénus, par Sabine Pigalle, photographe

©Sabine Pigalle  S’inspirant de la peinture classique, Sabine Pigalle – voir mon article du 14 novembre 2021 à propos du livre Coronabécédaire – invente en photographie des tableaux fascinants. Entre Lucas Cranach l’Ancien pour la pâleur nordique de ses modèles et Paul Delvaux pour la sophistication des poses, l’artiste française a construit avec Night Watch…

Piero di Cosimo et David, briseurs de barrières, par Alain Jouffroy, poète, essayiste, critique d’art

Simonetta Vespucci, vers 1490, Piero di Cosimo Il n’y aurait pas L’Intervalle sans le formidable exemple d’Alain Jouffroy, son énergie, ses dizaines de monographies, sa façon de constituer des collectifs informels dans le vaste domaine des sens et de l’Externet, sa défense de l’explosante-fixe de la poésie, son individualisme révolutionnaire. L’Atelier contemporain republie aujourd’hui deux…

A propos de prés, par Francis Ponge, poète

Le Printemps, 1956 – Pablo Picasso « Au dessus des prés à l’aube et le soir, / la nappe de brume » En 1971 fut publié chez Skira, dans la collection « Les Sentiers de la création », La Fabrique du Pré, de Francis Ponge, livre montrant les dessous – ou brouillons – du poème Le Pré, le poète…

Avec Albert Palma, par Jean-Luc Nancy, philosophe

© Albert Palma J’ai correspondu il y a quelques années avec Albert Palma, dont l’œuvre, le parcours et la confiance m’avaient impressionné. Ayant vu son nom au catalogue des éditions Manucius, le philosophe Jean-Luc Nancy lui ayant consacré un texte publié en 2015 – Quand tout arrive de nulle part -, j’ai souhaité le saluer…

Claudie Hunzinger, écrivain, et Isabelle Mège, modèle, vivre le nu

« Je suis le lièvre. Je suis la bécasse. Je suis le cerf. » On trouve dans la revue de Gilbert Moreau, Les Moments littéraires, des articles qu’on ne lirait nulle part ailleurs, des dossiers consacrés à des écrivains échappant le plus souvent aux radars germanopratins (Fabienne Jacob, Lydia Flem, Jocelyne François), l’affirmation d’une ligne…

Des miracles de tous les jours, par Denis Brihat, photographe

Dans le prologue de Fleurs (Hermann, 2006), Philippe Sollers fait le portait de l’artiste d’origine hollandaise et d’esprit encyclopédiste Gérard Van Spaendonck (1746-1822), découvreur du langage des fleurs sur soie et vélin. Les mots que l’auteur du Lys d’or emploie pour désigner le directeur de l’Iconographie botanique du Museum d’Histoire naturelle s’appliquent parfaitement à son…

Lumière, fuite de lumière, temps, par Clara Chichin, photographe

  A l’occasion de sa première grande exposition personnelle à l’Abbaye Saint-Georges de Boscherville (Seine-Maritime) intitulée Le dos des arbres, j’ai demandé à Clara Chichin de poser elle-même quelques mots sur ses images. Deux poèmes m’ont été adressés, que je confie à mon tour aux lecteurs de L’Intervalle. Membre depuis 2012 du studio Hans Lucas,…

La révolution par la délicatesse, selon Isa Barbier, plasticienne

L’être humain est lourd, terriblement. Heureusement, il est possible, sous l’effet des procédures de vérité, de nous alléger, par l’écriture (Louis-Ferdinand Céline), la danse (Lucette Destouches), les gestes plastiques (Isa Barbier), ou toute activité prenant de vitesse le poids du corps. Une première monographie est aujourd’hui consacrée à l’œuvre de l’artiste Isa Barbier (éditions LIENART),…

L’Hexaméron d’Italo Calvino, six leçons pour traverser le siècle

Les Anciens, au moment d’inventer leur poème, invoquaient la Muse, cette puissance ordonnatrice, cette gardienne de la Mémoire, parce qu’arracher un fragment au tout racontable nécessitait quelque précaution, quelque protection, quelque force supérieure. Quand tout est devenu arbitraire, il reste aux Modernes la teinte de l’ironie, parfois sublime, comme chez Robert Musil, dont voici l’incipit…

Gabriel Gauny, ouvrier mangeur d’idées, par le philosophe Jacques Rancière

« Ma misérable éducation, rétive par instinct et pauvre de mémoire, laisse courir ses syntaxes séditieuses comme une  bande de vandales poursuivis par la loi. Mais déchirez la superficie de roman pour entrer dans ses pénétrations. Peut-être que vos désirs y rencontreront des amis intérieurs et souriront aux espérances ascétiques, aux lointaines aspirations de notre âme…