La révolution par la délicatesse, selon Isa Barbier, plasticienne

8 EXPO Vevey 096 photo Hofer - copie
Isa Barbier © Robert Hofer

L’être humain est lourd, terriblement.

Heureusement, il est possible, sous l’effet des procédures de vérité, de nous alléger, par l’écriture (Louis-Ferdinand Céline), la danse (Lucette Destouches), les gestes plastiques (Isa Barbier), ou toute activité prenant de vitesse le poids du corps.

Une première monographie est aujourd’hui consacrée à l’œuvre de l’artiste Isa Barbier (éditions LIENART), dont le travail relève de la prestidigitation, autant que de la grâce minimaliste.

Il émane de ses sculptures une sensation d’atemporalité très apaisante. Ce sont des planètes animées fragiles, des environnements faits de ces trois fois rien qui rendent le monde supportable.

2015 Sil DMK_ISA_SILV_009
 Isa Barbier © Adrien Baraka

Les matériaux choisis, souvent simplement cueillis dans la nature, disent le peu de poids d’installations mouvantes, telles des sculptures d’air : des plumes (goéland, oie, canard, cygne), des fils (soie, cordes de piano), de la cire, de la poudre de marbre de Carrare, des feuilles, des graines, des pollens, des pétales, des aiguilles de pin, et tout un jeu de fixations (adhésifs, colle, épingles, latex, résine).

Ce qui apparaît, comme au théâtre, est une illusion concrète, des ailes d’anges flottant dans l’espace comme des poumons envolés.

Le travail du dessin, inaugural, est formé de précipitations de traits, d’expérimentations géométriques promises à l’ascension. Epicure appellerait peut-être cela le clinamen.

3 2016 cha profPointeDSC00242
© Isa Barbier

Ce sont des organisations archétypiques, des symétries, des répétitions.

La mine de plomb est d’une légèreté considérable.

Isa Barbier  (née en 1945) invente des « épiphanies païennes », selon la belle expression de Nathalie Ergino, qui a pu repérer chez l’artiste quatre types de travaux : « les dessins sur papier », « les reliefs muraux », « les installations in situ », « les microstructures ou « presque » rien de tarlatane, de calque, de feuilles ou de plumes ».

Ses œuvres sont en effet des microcosmes, des propositions d’êtres destinées à dialoguer avec les lieux qui les accueillent, des invitations à la méditation.

Ce sont des royaumes aériens, des corps soufflés, pneumatiques, des vibrations musicales organisées en constellations.

at2-1
© Isa Barbier

Il y a ici de la liturgie, une façon de chorégraphier l’invisible en constituant des nuées aussi inspirantes qu’apparemment éphémères.

Il y a des pluies d’atomes, des nuages, des spirales, des suspensions de vide.

Isa Barbier enchante l’espace, l’ouvre en le dessinant en une multitude de points d’équilibres, fascinants parce qu’impossibles à tenir, et pourtant stables comme des couronnes nuptiales.

Isa Barbier nous apprend à vivre sur la pointe des pieds, à nous déplacer sans bruit, à tourner sur nous-même comme une élégante sous sa capeline de plumes.

005310095

Isa Barbier, ouvrage collectif, textes (français/anglais) d’Alain Chareyre-Méjean, Dominique Cier, Nathalie Ergino, Christine Rodès, Sabÿn Soulard, LIENART Editions, 2017, 200 pages

Site d’Isa Barbier

LIENART Editions

main

Se procurer le livre sur Isa Barbier

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s