La photographie à hauteur de ventre, par Florence Chevallier

Dans l’ordre des fables, on connaissait L’arbre, le maire et la médiathèque d’Eric Rohmer (1993). Il y a maintenant la triade de la photographe Florence Chevallier, exposée jusqu’au 6 janvier au Centre d’Art Contemporain de Saint-Pierre de Varengeville près de Rouen (emblème de la politique de mécénat de la Matmut), Les Fleurs, le Chien et…

Les noces de la réalité et du mystère, par Adrien Boyer, photographe

Ordonnateur de chaos, telle est la définition traditionnelle de l’artiste que pourrait incarner Adrien Boyer. A la façon d’un musicien, le photographe porté par la galerie Clémentine de la Féronnière (Paris) révèle, en assemblant de façon très subtile les différents éléments se trouvant dans son champ visuel, la structure autonome, quasi invisible, d’une réalité que…

Jeunesse, prière de déranger, par Aurore Valade, photographe

Aurore Valade conçoit la photographie comme un objet relationnel, une possibilité de rencontre, une expérience de l’ordre d’une performance, une scène. Dans des mises en scène très élaborées, l’artiste photographie ses personnages avec les objets qui les entourent, s’intéressant moins aux visages qu’à l’ensemble des marchandises qui saturent nos existences et nous dévoilent. Les images…

Territoires à la dérive, par Julie Hascoët, artiste, photographe

A partir du village de Chartres de Bretagne, la photographe et plasticienne Julie Hascoët, qui y était reçue un an en tant qu’artiste invitée, a décidé de construire une ville, un livre, une exposition, faits de l’apport à cette commune d’Ille-et-Villaine de l’imaginaire amené par les localités avec lesquelles elle est jumelée, en Allemagne, en…

Dessiner une rivière, par Alexis Gallissaires, écrivain

« J’ai grandi entouré d’amour. Je n’ai manqué de rien. Alors comment suis-je arrivé ici dans cette chambre d’hôtel, loin, si loin de tout ? » Alexis Gallissaires, auteur de Jimmy et Jour blanc (Allia, 2006 et 2018) est un mystère, son personnage aussi, qui, entre rêves et cauchemars, nuits de tempêtes et jours de brumes, tente de…

La réinvention du lieu, par Azimut, projet du collectif Tendance Floue (3)

Le paysage est loin de n’être que pure extériorité. Bien au contraire, il se pratique, se vit, s’expérimente, entre accueil et résistance, rejet et appel. Les dériveurs du collectif Tendance Floue l’ont bien compris, qui depuis Montreuil se relaient pour retrouver par les pieds un état de disponibilité à ce qui est, ou arrive. Le…