En Pandémie, par Barbara Stiegler, philosophe, et Philippe Forest, écrivain

« Le monde d’après, c’est un monde désinfecté mais pollué, c’est le monde d’avant mais en pire.  En plus hygiénique. En plus eugéniste. Exsangue. […] Une humanité saine, silencieuse, censurée d’émotions, centrée sur l’amnésie du leader. Son dogme. Ses insomnies (de guerrier). Elevée dans la haine de la dissonance. Et l’amour de la Javel. » (Alexandre Labruffe,…

Reprendre vie, par Barbara Stiegler, philosophe, chercheuse, gréviste

« A partir du 17 novembre, je bascule. » Chacun avec nos armes, nous allons devoir reprendre vie, vite, ou continuer à dénaître. La catastrophe écologique en cours et la violence du néolibéralisme au moment de son naufrage imposent de penser les conditions d’une vie nouvelle, bien plus large que les restrictions et les polices…

My chief happiness manager est un salaud, par la revue Lignes, n°62

Le dernier numéro de la revue Lignes (62), consacré aux « mots du pouvoir et au pouvoir des mots », est excellent, qui offre à ses contributeurs la participation à un dictionnaire critique permettant, à la façon de Victor Klemperer, ou de Eric Hazan, de faire un état des lieux des maux langagiers pourrissant notre…

Il n’y a pas de dehors, par Guka Han, écrivain

« Est-ce qu’il y a une sortie pour sortir de tout ça ? » Dans ce monde-là, Seoul s’appelle Luoes. C’est un lieu de haute solitude, dangereusement pollué, où les nuages radioactifs sont en forme de pénis. Il y règne un calme étrange, celui d’une morgue, ou d’un désert. Tout y est vide, les rues…

Vers la poésie, ou la mort, par Varlam Chalamov, écrivain russe

« Pour ma part, j’ai depuis longtemps décidé de consacrer le reste de ma vie à cette vérité-là. » Varlam Chalamov, auteur mondialement connu des Récits de la Kolyma, œuvre retraçant sous forme de fragments son expérience concentrationnaire dans les mines d’or de l’Extrême-Orient russe, eut le courage, après sa libération en 1951, de rétablir…

La guerre, de vivant à vivant, par Gianni Stuparich, écrivain triestin

« Nous avons avancé dans un silence sacré, tels de primitifs conquérants, mesurant à pas amples la terre incontestée, intrépides dans la conquête vierge. Maintenant en revanche nous sommes vulnérables, parce que nous avons creusé la tranchée et que chaque corps a travaillé pour son abri. L’enchantement est rompu : l’ennemi qui peut nous attaquer et au-devant…

Berlin, sans attache, par Samy Langeraert, écrivain

« L’odeur de la végétation après la pluie, hier, dans le Tiergarten : j’avais conscience qu’elle était agréable, mais je ne pouvais pas en tirer le moindre plaisir. » Mon temps libre est un livre dont l’intérêt s’approfondit au fur et à mesure de la lecture, comme s’il trouvait peu à peu son véritable rythme, sa véritable justesse…

C’est partout ici, par Mathieu Riboulet, plus-que-vivant

« Vous êtes d’ici. C’est ce que claironnent les thuriféraires de la racine, les apôtres des sources, les chantres des origines, désireux d’assigner à un lieu l’orientation de ses habitants. Vous êtes d’ici ? Voire. » Lors d’une rencontre dans un café parisien, Mathieu Riboulet et moi avions évoqué la nécessité, pour tenir le coup dans une époque…