Terre Adélie de l’amnésie, par Marie L Borgia, photographe

q
© Marie L Borgia

Qui devient-on lorsque nous ne nous reconnaissons plus et que la perte de mémoire nous gagne ?

Où est-on lorsque nous égarons les mots, les formes des visages aimés, les gestes d’une vie ?

Comment résister à la force d’un trou noir avalant sur son passage et nos proches et nous-même ?

h
© Marie L Borgia

Les personnes atteintes de maladies neurodégénératives – souffrant essentiellement de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson – connaissent cette arrivée progressive ou brusque dans l’inconnaissable, par l’oubli de leurs capacités ordinaires.

A l’EPHAD la Résidence de La Tour, dans la Drôme, la photographe Maria L Borgia, invitée comme art thérapeute, a amené les participants de ses ateliers à se questionner sur les images de leur vie, sur leur histoire, sur leur famille, « en complémentarité de la sollicitation cérébrale menée par les équipes professionnelles ».

b
© Marie L Borgia

Construit comme un objet de haute densité humaine et poétique, un livre très beau, de grande pudeur, célébrant les résidents comme les équipes de soin, témoigne de cette aventure en commun au pays du trouble dans la mémoire.

Il s’intitule Rencontres en Amnésie, comme on voyage en terre Adélie dans le froid du climat et la chaleur de la fraternité des équipes d’exploration, soudées par le même objectif, ici de parer les avalanches, et le retentissement du glas.

Dans les images de Marie L Borgia, il y a du partage, du temps donné, reçu, échangé, de l’écoute et beaucoup d’attention envers l’infime.

Considérer la photographie comme un amer dans la tempête : cette personne, là, la reconnaissez-vous ?

La matière est celle du parchemin des mains, mais aussi du jeu de la superposition des scènes, des moments, des transparences, comme une façon de négocier avec les fantômes, de les apprivoiser, et d’accepter d’entrer sans peur dans le moment flottant.

x
© Marie L Borgia

Des résidents ? Avant tout des femmes et des hommes à la vie riche, complexe, belle et terrible, comme chacun.

« Pour faire leur digne portrait d’aujourd’hui, écrit Christian Gattinoni avec beaucoup de sensibilité dans son texte introductif, Marie L Borgia a choisi des images comme brûlées de lumière intérieure, surexposées par les omissions, elle en produit des tirages d’un gris léger comme l’inadvertance. »

Travailler dans le flou, le tremblement, dans l’intervalle se creusant ou s’amenuisant entre personnalité et personne.

– Quelle heure est-il depuis hier ?
– Pourquoi personne ne vient me chercher ?
– J’ai photo ?
– Tiens, il s’est arrêté de pleuvoir.
– Ici, dans la classe, c’est moi, je crois.
– A quoi sert cette clé ?

qq
© Marie L Borgia

Ouvrir les vieux albums, faire de la cartomancie avec les médaillons de toute une vie, dans la grande brassée des temps et des visages.

Maria L Borgia photographie en couleur des objets, des pans de tableaux, un rouge à lèvres, des mains hors d’âge, avant que le noir et blanc des visages et des fragments de corps ne vienne inquiéter le regard, ou le désorienter.

Car nous sommes au pays de l’impossible, de la perte de l’identité, et de l’effort insensé pour que l’autre ne sombre pas totalement.

Un drap de lit blanc s’arrachant de la profondeur du noir.

Des yeux perdus dans les pixels du temps.

Des lueurs, du bougé, des abysses.

Fraternité dans l’inquiétante étrangeté.

xx
© Marie L Borgia

En des séquences d’images construites comme des diptyques ou des polyptiques, passe, ailes déployées, l’ange du temps, entre effroi, effarement, désespoir (jeu avec le tableau de Gustave Courbet Le Désespéré), et sourires de malice.

L’art comme un soin, et comme un passage.

Ultime politesse envers un processus d’involution nous effaçant bientôt de tous les miroirs.

;;

Maria L Borgia, Rencontres en Amnésie, textes de Christian Gattinoni & Marie L. Borgia, traduction (anglais) Robert Mc Innes, André Frère Editions, 2019

André Frère Editions

Marie L Borgia – site

sans-titre

Présentation de la vidéo de Marie L Borgia, Rencontres en Amnésie, dans le cadre de la Biennale d’Issy Les Moulineaux – à partir du 11 septembre 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s