La pellicule couleur la plus vendue au monde

fo-lee_shulman_the_anonymous_project-image_01_05350
 ©2019 The Anonymous Project / Taschen

The Anonymous Project est une collection de photographies anonymes prenant pour support le Kodachrome, film inversible couleur (diapositive) utilisé en photographie à partir de la fin des années 1930 et dont la production s’est arrêtée en 2009.

Son fondateur en est le britannique Lee Shulman, réalisateur de film et passionné de diapositives d’amateur – plus de 11 000 ont été sélectionnées/collectées jusqu’à présent, sur plus de 800 000 visionnées.

« J’ai toujours aimé l’image projetée et la diapositive est indéniablement unique car elle associe l’esthétique de la photographie à l’expérience cinématique. »

fo-lee_shulman_the_anonymous_project-image_02_05350
 ©2019 The Anonymous Project / Taschen

L’exposition de ces images, par exemple aux Rencontres de la photographie d’Arles en 2019, ou en livre (Taschen), offre un aperçu fascinant de l’intimité de leur producteur – du monde entier -, révélant généralement non seulement un contexte familial ou amical particulier, mais aussi l’atmosphère d’une époque.

Sauver de la destruction ces milliers de diapositives est une sorte de pari sur le temps, qui, ne passant pas vraiment, peut enchanter en sa survivance fantomale les contemporains.

« Ni recadrage, ni manipulation, ni tirage ou post-production. Ce que vous voyez, explique Lee Shulman dans un entretien accordé à Reuel Golden, est ce que vous obtenez, l’imperfection dans toute sa pureté. »

fo-lee_shulman_the_anonymous_project-image_03_05350
 ©2019 The Anonymous Project / Taschen

La classe moyenne se représente, lors de fêtes familiales, lors d’une partie de pêche, à la plage, dans un bungalow de campagne.

« Le monde décrit, faut-il le dire, précise Richard B. Woodward, est généralement blanc et appartient à la classe moyenne. Le coût plus élevé des diapos et le prix d’un projecteur ont peut-être découragé de vastes segments de la population qui photographiaient aussi leur vie quotidienne, mais pas sous cette forme. »

L’angoisse existentielle ne semble certes pas la première des émotions éprouvées, mais une certaine aptitude, bien sûr jouée lors de la prise de vue, au bonheur, au confort, à l’aisance.

fo-lee_shulman_the_anonymous_project-image_04_05350
 ©2019 The Anonymous Project / Taschen

Une femme se coiffe, magnifique, lumineuse.

Un couple en tailleur, charmant, pose devant des cocotiers.

Un enfant saute d’un ponton.

Un père soulève son bébé dans la rue.

Une jeune femme pose dans un fauteuil, cigarette à la main, très hollywoodienne.

Des ados portent un costume très chic, tweed pour l’un, velours pour l’autre.

fo-lee_shulman_the_anonymous_project-image_05_05350
 ©2019 The Anonymous Project / Taschen

La vie éclate, persiste, se met en scène.

Monsieur et Madame Parfait bronzent sur un gazon.

Un vieil Américain agite un drapeau, à Moscow, Iowa.

Les personnages sont bien évidemment inconnus, mais nous semblent à bien des égards familiers.

Nombre des photographies choisies ici sont imparables, magistrales, de haute charge émotionnelle, tout en étant très banales, quotidiennes, ordinaires.

Des poussettes, des vacances à la mer, un voyage en Autriche, des mariages, des ballons de foot, des jets d’eau.

Peu à peu, les visages vieillissent, le monde devient adulte, puis très âgé.

fo-lee_shulman_the_anonymous_project-image_06_05350
 ©2019 The Anonymous Project / Taschen

Tout entre dans le film d’une vaste vie collective, naïve et belle de son irréductible présence.

Les petits cowboys ont commencé à faire l’amour, ont pénétré le monde, ont laissé des traces touchantes de ce que fut la vie, leurs rêves, leurs illusions.

Ce sont nos parents, nos voisins, nos couples d’amis lors des soirées diapos de notre enfance.

Ce sont nous aujourd’hui.

Y avait-il un monde avant Instagram ? Oui, celui du Kodachrome.

Lee Shulman : « et on s’habillait définitivement mieux ».

lee_shulman_the_anonymous_project_fo_int_3d_05350_1909111147_id_1260292.png-380x486

The Anonymous Project, Lee Shulman, texte Richard B. Woodward, Taschen, 2019, 280 pages

Taschen

The Anonymous Project

d

Se procurer The Anonymous Project

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s