Mémoires méditerranéennes, par Emma Grosbois, photographe

20130517_0640_low

 © Emma Grosbois

Le mot « comme » est le commencement de la poésie, l’ouverture du monde des images, l’envoi analogique primordial.

C’est aussi le titre d’un livre d’Emma Grosbois, à partir d’un travail mené essentiellement à Beyrouth, Palerme, Florence et Marseille, de 2013 à 2017, autour du thème de la ville méditerranéenne, vue à la fois comme un espace physique et un territoire mental.

Saturé de mémoire et d’images, la Méditerranée ne peut s’appréhender vraiment que comme un palimpseste, un entrelacs ininterrompu de textes, de représentations et de de sensations.

Etre à la fois ici et là, ou là avec ici, le vertige est proustien.

20131219_3212_triomphe de la mort

 © Emma Grosbois

« J’arrive, écrit en couverture de son livre publié par Filigranes Editions et Zoème éditions, Emma Grosbois, aux vastes palais de la mémoire où se trouvent les trésors d’innombrables images, qu’on y a apportées en les tirant de toutes les choses perçues par les sens. »

Un portier sans tête nous accueille (première image), probable gardien d’une salle remplie de miroirs aux tailles et formes divergentes.

On peut regarder les légendes, reproduites en fin d’ouvrage, ou se laisser porter par le flux de visibilité associant en un même continuum des villes pourtant très différentes.

Il y a des reproductions de tableaux de maîtres représentant des saints, des vierges, un enfant divin, mais aussi du linge qui sèche au balcon et des voitures imposantes garées près de beaux édifices aux murs lépreux.

On peint des façades, des toiles, du bois, et l’on dépose son inconscient sur un chevalet.

L’histoire des vies font l’histoire de l’art qui font l’histoire des vies.

L’histoire des ombres et des lumières.

Des jardins de rencontres, et des ateliers de garagistes.

ajout_beyrouth_garage_3X5A0197_low

 © Emma Grosbois

Clé à molette et Christ Rédempteur.

Ça dépave et repave autour d’un arc de triomphe, épave du temps.

On dîne d’une pizza, on dîne d’une fresque, on dîne d’une colonnade ou d’une arcature.

Glissent sur les toits de Palerme les sons des cloches de Florence, et peut-être de Beyrouth.

L’église aux sièges rouges est vide comme une salle de cinéma avant la première projection de la journée, son silence nous protège.

On boit du vin, mange du pain, croque des olives.

On meurt en Terre sainte, on s’étend sur des pelouses recouvrant des siècles d’histoire.

20130917_0008

 © Emma Grosbois

On bâtit, on répare, on remise des tableaux, dont un conservateur, ou un enfant égaré, tombera dans quelques années amoureux.

Traces de l’Antiquité, de l’art catholique, de la splendeur orthodoxe.

La mort chevauche un cheval fougueux, alors qu’un homme d’âge mûr se présente à son rendez-vous amoureux, portant un bouquet de roses rouges.

Du ciel azuréen, du roc, des immeubles, et des petites nymphes pudiques protégeant leur poitrine.

David a coupé la tête de Goliath, la pin-up du frigidaire contemple une Vierge à l’enfant, on est bien dans le baroque de l’existence, le splendide bric-à-brac religieux, et les matériaux de construction.

Une restauratrice travaille sur un échafaudage.

Comme, d’Emme Grosbois, rétablit ainsi ce qui s’efface, ou s’oublie, sans effet, sans tonitruance, avec la modestie d’une flâneuse dans l’histoire de l’art et des villes.

120752136_3620444714711185_7789134009114501908_o

Emma Grosbois, Comme, conception graphique Charlotte Devanz, Filigranes Editions / Zoème éditions, 2020

comme_livre_MGL0153

Filigranes Editions

comme_livre_MGL0137

Editions Zoème

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Jean-Luc Chesneau dit :

    Pour reprendre vos premiers mots : comme ensemencement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s