Zanele Muholi, guerrière noire, et photographe

Zanele-Muholi_02
Zanele Muholi, Somnyama IV, Oslo, 2015; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

Comme le performer, danseur et plasticien sud-africain Steven Cohen, artiste africain blanc, juif et homosexuel, amateur des travestissements les plus extravagants, mettant au cœur de ses pratiques l’acceptation de la différence sans condition, l’activiste et artiste Zanele Muholi a conçu Salut à toi, Lionne noire !, livre composé de quatre-vingt-dix autoportraits questionnant la représentation du corps noir et la place des femmes noires dans la société post-apartheid d’aujourd’hui.

Première monographie de l’artiste en français, publiée avec beaucoup d’ambition par les éditions Delpire & co, cet ouvrage de grand format, magnifiquement composé en trois tons, est un véritable manifeste contre l’homophobie, le racisme, et la domination de genre.

Zanele-Muholi_09
Zanele Muholi, Basizeni I, Amsterdam, 2016; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

Accompagné d’un entretien avec l’auteure et de vingt-quatre textes de poètes, écrivains et commissaires d’exposition, Salut à toi, Lionne noire ! impose immédiatement la puissance de sa pensée.

Clarissa Pinkola Estés (Femmes qui courent avec les loups) et Mona Chollet (Sorcières) notamment ont su retrouver et décrire par leurs recherches le pouvoir immémorial lové en chaque femme, sa formidable force instinctive, sa vitalité première, presque primitive.

Zanele-Muholi_11
Zanele Muholi, Kodwa I, Amsterdam, 2017; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

Nul doute que le livre de Zanele Muholi participe également d’une telle exploration de la beauté de la femme indomptable.

« La photographie, déclare l’artiste, m’a sauvé la vie. C’est la seule chose qui a du sens pour moi. »

Zanele-Muholi_04
Zanele Muholi, Bhekezakhe, Parktown, Johannesburg, 2016; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

Peau noircie, lèvres et yeux très dessinés, torse nu superbe, voici l’auteure en ses quatre-vingt-dix métamorphoses, telle une troublante déité.

Quelques accessoires suffisent – des crayons dans les cheveux, des bijoux, des coiffes, des dentelles, des caoutchoucs – pour inventer chaque fois une nouvelle présence.

Zanele-Muholi_07
Zanele Muholi, Senzekile II, Cincinnati, 2016; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

La femme africaine de demain sera libre, indépendante, fière de son corps et de son usage, elle l’est déjà.

Le regard est généralement frontal, parfois de défi, mais surtout de résistance : on ne cille pas quand on est une lionne.

Maman était une domestique servile, exploitée tant que peut, mais sa fille la vengera, corps nu et puissant.

Que chaque femme se réapproprie son corps, sa vie, son destin, tel pourrait être le chant de cet ouvrage bourré d’énergie et d’impertinence.

Zanele-Muholi_10
Zanele Muholi, ZaKi, Kyoto, 2017; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

Fesses nues, allongée sur le ventre d’un lit au draps défaits, Zanele Muholi est une Brigitte Bardo Black particulièrement troublante d’imposer ainsi l’inconditionnalité de sa présence.

Bien entendu, le travail est politique, déconstruisant les stéréotypes pour imposer des rugissements beaucoup plus efficaces que toute plainte.

Attifée quelquefois de fétiches, d’objets de consommation, de formes grotesques, l’artiste sud-africaine est toujours impérieuse, comme si rien ne pouvait la détourner de son projet d’émancipation, pour elle et au nom de toutes les femmes.

Zanele-Muholi_03
Zanele Muholi, Phindile I, Paris, 2014; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

Salut à toi, Lionne noire ! porte une subversion très belle, généreuse et sans détour.

Napo « Popo » Masheane écrit avec beaucoup de justesse : « Je te vois, petite fille… bébé / Refusant que le silence soit ton cri le plus fort / Première épreuve pareille à une cloche suspendue dans l’air / Intrépide / Sans limites / Effrontée, nullement intimidée / Fière… solide… enracinée / En lutte contre le système / Noire / Orgueilleuse / Puissante »

Militante, Zanele Muholi renvoie tout spectateur à l’histoire de son regard : peux-tu me dire, toi qui ne me connais pas, ce qu’est véritablement  une femme noire ?

Zanele-Muholi_05
Zanele Muholi, Ntozakhe II, Parktown, Johannesburg, 2016; from Zanele Muholi: Somnyama Ngonyama, Hail the Dark Lioness (Aperture, 2018)

Zanele Muholi, Salut à toi, Lionne noire !, entretien de Zanele Muholi avec Renée Mussai, textes de Unoma Azuah, Millisuthando Bongela, Ama Josephine Budge, Cheryl Clarke, Fariba Derakhshani, Andisawa Dlamini, Christine Eyene, Tamar Garb, Thelma Golden, Sophie Hackett, M. Neelika Jayawardane, Peace Kiguwa, Mapula Lehong, Sindiwe Magona, Napo « Popo » Masheane, Hlonipha Mokoena, Jackie Mondi, Renée Mussai, Pumelela « Push » Nqelenga, Oluremi C. Onabanjo, Ruti Talmor, Christie van Zyl, Carla Williams et Deborah Willis, Delpire & co, 2021, 212 pages

Delpire & co – site

logo_light_with_bg

Se procurer Salut à toi, Lionne noire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s