Naples, cité des femmes indociles, par Cristina Ferraiuolo, photographe

352591-7ee9b73523544d06975c4c1c37277255_600x

©Cristina Ferraiuolo

Naples est la véritable capitale de l’Italie.

Ses enfants, gamins des rues, ragazze, en sont chaque jour les véritables refondateurs.

Ses reines ? des jeunes filles indociles à scooter fonçant à toute vitesse dans les rues du quartier espagnol, des abeilles, des papillons de pierre de lave.

352591-6e23e69ef3f64d089143530dc329dc47_600x

©Cristina Ferraiuolo

C’est ainsi que la photographe napolitaine Cristina Ferraiuolo a nommé son premier livre – Stone Butterfly – publié chez Journal Photobooks en Suède.

Fruit d’un travail mené entre 2002 et 2018 dans la populaire ville souveraine, cet ouvrage montre la grâce et la force d’adolescentes ayant très tôt appris à se battre, à voler de leurs propres ailes, à faire clan contre les mâles dominants et hâbleurs.

On pense bien entendu à la scène finale du film de Federico Fellini, Roma, et à la noria de mobylettes et motos tournant autour des lieux emblématiques de cette ville.

352591-7558da3dde314012b736dbb32ffc6dcb_600x

©Cristina Ferraiuolo

C’est la nuit ici, à Spaccanapoli, mais qui dort vraiment ?

La présence du Vésuve ne permet pas le repos, mais la fureur de vivre, l’exaltation dans la précarité, le défi permanent.

Les images sont en noir et blanc, nous sommes dans un western moderne aux odeurs de gaz d’échappement.

352591-affae010e0b44af188b780ba498c74c9_600x

©Cristina Ferraiuolo

On court, on crie, on hurle, c’est la vie brute des amazones et des filles en bande naviguant entre les fils de linge et le regard de Dieu.

La sensualité n’est pas une provocation, mais une armure enchanteresse pour des girls grandies sur les pavés de la misère et de la survivance.

Petites filles – que l’on rencontre sur plusieurs années, durant leur métamorphose -, grandes sœurs, mères, grands-mères, travesties, plusieurs générations de femmes sont là, regard franc, décidé, intrépide.

352591-db50bd4925ee4f78b1d754816591383d_600x

©Cristina Ferraiuolo

On pensait que Rome était la cité des femmes, mais non, il s’agit plutôt de Naples, cœur d’un gynécée d’une incroyable vitalité.

Pasolini, pourquoi as-tu été suicidé, violenté, martyrisé ? ce livre est pour toi et toutes les âmes plus fortes que ce capitalisme de coupeur de têtes que tu détestais tant.

352591-ddc2524e502642be8097c43c0b504e3e_470x

Cristina Ferraiuolo, Stone Butterfly, text (italian/english) Cristina Ferraiuolo, editing and design Cristina Ferraiuolo, Gösta Flemming, document Johan Lindberg, Journal Photobooks (Sweden), 2018, 108 pages

352591-ecfdd8150e7a461f9dc0287cbd1cdd45_600x

©Cristina Ferraiuolo

Journal Photobooks

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s