Exil, vérités du mirage, par Alessia Rollo, photographe

Copia di FATA MORGANA10

©Alessia Rollo

La Fata Morgana est une combinaison de plusieurs mirages.

En donnant à son livre superbe le titre de ce phénomène optique, l’Italienne Alessia Rollo ambitionne, cherchant la vérité dans l’illusion et les chemins de la mise en scène, de rendre compte de façon extrêmement sensible et poétique du drame des exilés contemporains.

Copia di FATA MORGANA18

©Alessia Rollo

Il ne s’agit pas d’esthétiser le malheur, mais de rendre à chaque personne sa dimension de noblesse, sa part de rêve, sa joie de fantaisie. 

Dans la région de Salente, où l’on croit quelquefois pouvoir contempler directement les montagnes de l’Albanie depuis la mer Adriatique, la photographe a rencontré des réfugiés d’Afrique ou du Moyen-Orient, appelés en Europe par l’espoir d’un avenir meilleur, ou simplement vivable.

Copia di FATA MORGANA2

©Alessia Rollo

D’un bleu céruléen, la couverture de Fata Morgana convoque l’idéal, quand tant d’autres regards insisteraient d’abord sur la violence et les diverses atrocités liées au statut de paria.

 On se bat pour survivre, mais aussi pour l’absolu, pour la beauté de la nature, pour la grandeur des sentiments incorruptibles.

Il y a bien quelques nuages, mais la mer, unie dans son infini, est divine.

Copia di FATA MORGANA20

©Alessia Rollo

Il y a aussi sur les plages des amoncellements de gilets de sauvetage pourris, et des couvertures de survie faisant un bruit de tonnerre dans le vent.

Ponctué de pages jaunes miroitantes rappelant ces protections, Fata Morgana n’en reste pas au noir, mais convoque à la fois l’introspection du spectateur, et la magnificence de l’utopie.

On voit dans les sous-bois des cabanes de fortune, des tas de cageots, des épaves.

Copia di FATA MORGANA26

©Alessia Rollo

Dans l’obscurité, un homme sort de l’eau dont on devine à peine le visage.

Tout ici est métaphore, de l’ignominie comme de la dignité humaine.

Des pastèques échouées sur la plage dans une scène aussi belle qu’affreuse.

Des cavités, des corps dans l’attente, des explosions de poussière.

Copia di FATA MORGANA44

©Alessia Rollo

A contempler les roches brutes, on pourrait être sur une autre planète, mais, non, nous sommes sur la Terre, dans la frérocité.

Des noyés, des rois et reines, des éprouvés.

Un enfant regarde le ciel, il a la stature d’un géant.

home-1024x683

Alessia Rollo, Fata Morgana, texte Alessia Rollo, design underbau, Ediciones Anomalas / Communidad de Madrid, 2019 

FATA MORGANA15

©Alessia Rollo

Fata Morgana – site

CUBIERTA—PETACA3-1-1024x1024

Alessia Rollo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s