Arctique, life goes on, par Ragnar Axelsson, photographe

U

©Ragnar Axelsson 

Première compilation personnelle de l’œuvre-vie de Ragnar Axelsson – quarante ans de travaux -, la monographie Where the world is melting, comprenant des séries ayant fait son succès et des images inédites, est un éloge du monde arctique.

Ayant parcouru les territoires les plus reculés du Groenland, de l’Islande et de la Sibérie, le photographe islandais a observé la vie s’y déployant dans sa dimension la plus élémentaire.

Z

©Ragnar Axelsson

Dans des espaces à peine habitables, la relation entre l’humain et son environnement naturel acquiert une valeur extrême, le changement climatique actuel sans précédent perturbant un équilibre écosystémique maintenu depuis longtemps.

L’artiste né en 1958 observe, dans un noir & blanc accentuant l’aspect épique de nombreuses scènes, les interactions entre les hommes et les animaux, nécessaires à leur survie et à leurs déplacements.

I

©Ragnar Axelsson

Faces of the North, ensemble de photographies prises entre 1968 et 2015 en Islande et dans les îles Féroé, est peut-être sa série la plus réussie.

Il y a ici une tendresse envers l’humain et les animaux saisis dans une nature grandiose qui touche immédiatement.

E

©Ragnar Axelsson

On est du côté de la drôlerie burlesque, de la douce ironie, de la cocasserie.

Les hommes et femmes y sont des personnages de conte, leur trogne étant quelquefois celle de créatures aussi surprenantes que grotesques.

O

©Ragnar Axelsson

Pas de caricature, mais une façon de célébrer avec un ton moqueur le théâtre de l’humaine condition dans des espaces soumis aux tempêtes, aux averses, aux froids intenses.

De façon générale, Ragnar Axelsson regarde ses personnages, effarés ou concentrés, avec beaucoup d’empathie.

Y

©Ragnar Axelsson

Construisant des tableaux sublimes, celui-ci montre des solitudes affrontant leur destin.

Un cheval rit, des moutons traversent un cours d’eau, un phoque se tortille.

P

©Ragnar Axelsson

Les glaciers se déchirent, la banquise se craquelle, Dieu a les traits d’une abstraction mouvante.

Tout est ondes, crêtes, vibrations de brouillard, hurlements de chiens de traîneaux dans le blizzard.

a

©Ragnar Axelsson

On est avec Jack London construisant un feu, avec les chasseurs des glaces, avec l’ours polaire.

Un enfant médite, un renne se cabre, une vache fait la curieuse.

Q

©Ragnar Axelsson

Un volcan entre en irruption, les sternes piaillent, et le monde premier se débarrassera bientôt des derniers massacreurs.

Chez Ragnar Axelsson, tout est comédie, mais aussi cri d’origine, activité de forces créatrices, spectacles inouïs.

axelsson-mu_nchen_cover_web_1

Ragnar Axelsson, Where the world is melting, préface Isabel Siben, textes Ragnar Axelsson et Isabel Siben, Kehrer Verlag Heidelberg, 2021, 224 pages

Ragnar Axelsson

Kehrer Verlag Heidelberg

Cette publication accompagne l’exposition éponyme du photographe au Kunstfoyer, Versicherungskammer Kultursiftung München – du 15 décembre 2021 au 13 mars 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s