Visages du sublime et de la solitude, par Todd Hido, photographie

Todd Hido, #2690, from Intimate Distance (Aperture, 2016)
©Todd Hido

« Je photographie comme un documentariste, mais je fais mes tirages comme un peintre. » (Todd Hido)

Il fait gris, froid, pluvieux, un temps à se pendre, et le discours ambiant est nauséabond, mais, heureusement, Todd Hido est là, ou du moins ses livres, ou alors Intimate Distance, toujours disponible chez Textuel, ouvrage publié en 2016, première rétrospective imprimée de son œuvre en français – vingt-cinq ans de photographie en un album chronologique.

Todd Hido, #7373, from Intimate Distance (Aperture, 2016)
©Todd Hido

Todd Hido, né en 1968 à Kent dans l’Ohio, ce sont des portraits magnifiques, inspirés par le cinéma, une sensualité omniprésente – qu’il s’agisse de regarder un corps ou un paysage -, des lumières de mélancolie témoignant pourtant d’une présence supérieure, aurique, d’une grâce, d’une possibilité de salut.

Sens du cadrage, sens du détail, sens de la flottaison des images formant une sorte de nef liquide posée sur la crête du temps, voilà Todd Hido, qui étudia avec Larry Sultan, photographiant de nuit et en couleur, en intérieur ou dehors, ne cessant de déplacer son art, vers les images trouvées, vers le grand format, vers sa propre famille avec un Instamatic 126 mm…

Son ami David Campany évoque ses débuts : « Je peux vous dire qu’il est venu à la photographie par amour du skateboard et des vélos BMX. »

Todd Hido, #2653, from Intimate Distance (Aperture, 2016)
©Todd Hido

L’Amérique des banlieues de la classe moyenne et des routes désertes vues par un skateur usant de son moyen de transport avec fluidité ? Oui, c’est à peu près cela.

Nous regardons les photogrammes d’un film dont ne connaissons ni le début, ni le milieu, ni la fin.

Les photographies de Todd Hido sont de l’ordre de la rémanence, l’artiste faisant émerger des images fonctionnant au cœur de l’inconscient comme des machines désirantes, exposant des signes évoquant toujours une sorte d’image manquante originelle.  

3760-B-DMF

©Todd Hido

Tout est intime, il n’y a pas, au fond, de pure extériorité, mais une façon de tamiser ce que nous percevons du monde par le filtre de la vue, dans l’acuité des sens mis en mouvement.

Pas de précipitation, mais un regard qui ne cille pas, prend le temps d’absorber ce qu’il observe, un matelas posé contre une fenêtre, une jolie femme en culotte blanche étendue sur le ventre sur un lit, les jambes tendues et écartées, tournant les yeux vers son contemplateur. 

Pas de drame mais une attente, une eschatologie informulée.

Todd Hido, #3737, from Intimate Distance (Aperture, 2016)
©Todd Hido

Que restera-t-il à la fin des temps ? à la fin de notre vie ? à la fin de la journée ?

Que pourraient être les prémices du paradis ?

La courbe d’une route de campagne, un dos nu, la douceur d’une caresse, l’espoir d’un baiser, la rencontre avec une solitude s’ouvrant à l’inconnu.   

Nous errons, et, parfois, rarement, trouvons le lieu et la formule tant désirés, avant que de les perdre très vite et de les rechercher de nouveau.

269ef138-9b22-462f-8ef2-e671f1214d52

©Todd Hido

Nous voyageons en nous comme à l’aveugle.

Nous tâtonnons, hagards, dans le corridor des jours.

Il y a des tas de neige sur la route, qu’éclaire faiblement un lampadaire isolé.

Impression de désert, de vide existentiel, de narrations coupées.

Des voitures sont garées près de pavillons aux fenêtres bleutées, la brume descend, il va falloir rentrer, mais où est véritablement notre demeure ? Dans le corps que nous habitons ? Dans le regard qui nous dévore ? Dans la chair que nous convoitons ?

869455176_4

©Todd Hido

L’Amérique est une maison photographiée la nuit où se déploie une vie énigmatique (les séries House Hunting, 2001, et Outskirts, 2002).

Que se passe-t-il ici ? Un crime ? Une cavalcade amoureuse ? Rien ?

On peut rouler toute la nuit jusque là-bas, de l’autre côté des collines, le paysage est le même, c’est-à-dire mental et désolé.

Des femmes se dénudent, attendant d’être aimées, mais ce sont des fantasmes lynchiens, des fantômes de chair peut-être, ou des goules.

Todd Hido, #10789, from Intimate Distance (Aperture, 2016)
©Todd Hido

A travers les gouttelettes tombant sur le pare-brise de sa voiture, Todd Hido photographie des routes peuplées de poteaux électriques dans une sensation d’incommunicabilité de fond.

Ses paysages sans présence humaine autre que celle d’un conducteur solitaire sont romantiques, le Wänderer du Winterreise de Schubert est un Américain égaré à la recherche de la femme qui le sauvera de lui-même.

Il y a une quête de sublime aux marges de la terreur dans l’œuvre de Todd Hido, qui est une recherche d’absolu par-delà la déréliction, l’abandon, la froidure.

Comment sortir du cinéma infini d’un pays avalé par ses propres représentations ?

L’obstination du photographe à contempler des visages angéliques est une interrogation sur la vérité des illusions.  

work_image_822_image_fr

Todd Hido, Intimate Distance, introduction de David Campany, textes de Katya Tylevich, Editions Textuel, 2016, 272 pages

Todd Hido

Editions Textuel

logo_light_with_bg

Se procurer Intimate Distance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s