Lettre à Samuel Beckett, par Yannick Haenel, écrivain

J’ai reçu de Yannick Haenel copie d’une lettre écrite pendant le confinement pour Samuel Beckett, texte lu un soir pour la radio-télévision belge. Il est inédit en français. Je vous le transmets, sans commentaire, comme on se passe le feu en silence, alors que gagnent les ténèbres. « Montreuil, le 1er mai 2020 Cher Samuel Beckett,…

Les ombres errantes du peintre Léon Spilliaert, par Stéphane Lambert, écrivain

C’est le genre de livres qui m’enchante, dense sans être assommant, cultivé mais de partage, associant images et textes dans un dialogue ouvert avec une œuvre de mystère. Un essai mosaïque, une biographie araignée (à la façon d’Odilon Redon), une monographie légère concernant Léon Spilliaert, peintre ostendais (1881-1946) héritier de James Ensor et des ombres…

Un nénuphar dans le sein, par Anne de Gelas, photographe (2)

Vivant et travaillant à Bruxelles, Anne de Gelas est une photographe de l’intime, montrant et questionnant son corps au regard des événements le touchant, le modifiant, le heurtant : l’amour, la maternité, la perte, la maladie. Composant ses ouvrages et ses expositions en mêlant aux images textes, citations et dessins, l’artiste invente dans son dernier…

Bigoudénie, où vivent les fauves, par Stéphane Lavoué, photographe

Qui a passé « le test bigouden » est digne d’aimer. Qui est capable d’entrer dans la lumière noire et la violence des tempêtes est apte à vivre avec l’impétuosité d’une femme. Qui ne craint pas de rencontrer des fantômes peut être accepté dans le cercle des initiés. Installé avec sa compagne d’origine bigoudène et…

Il n’y a pas de dehors, par Guka Han, écrivain

« Est-ce qu’il y a une sortie pour sortir de tout ça ? » Dans ce monde-là, Seoul s’appelle Luoes. C’est un lieu de haute solitude, dangereusement pollué, où les nuages radioactifs sont en forme de pénis. Il y règne un calme étrange, celui d’une morgue, ou d’un désert. Tout y est vide, les rues…

Le voyage marocain, par Francis Kauffmann et Bernard Plossu, photographes

« Loin du monde, je trouve ma place. » (Francis Kauffmann) Du thé et des sourires. C’est le début du monde, c’est la possibilité et le respect de l’autre, c’est la civilisation. C’est aussi le titre d’un livre de photographies de Francis Kauffmann, publié en 2014 chez Médiapop Editions (Mulhouse), épuisé désormais. L’art n’est pas…

Klavdij Sluban, l’étranger, entretiens avec Christine Delory-Momberger

  Il y a chez le photographe franco-slovène Klavdij Sluban quelque chose du poète Paul Celan, dans sa volonté d’expression se heurtant à l’aphasie, et dans la conscience du mal métaphysique touchant l’ensemble des vivants qui parlent. Son art est donc rare, presque toujours somptueux, s’arrachant, par la force de ses compositions en noir et…

L’œuvre au noir, par Ilias Georgiadis, photographe

C’est un astre très noir venu de Pologne, lancé par la maison d’édition radicale et poétique, Blow Up Press, située à Varsovie. Over.State est un livre du photographe grec Ilias Georgiadis, une œuvre de nuit, d’obsessions, de routes désertes et de grandes joies, d’étreintes et de fuites. Des visages apparaissent sur fond de ténèbres, des…

La calligraphie d’une énigme, par Olivier Brossard, photographe

  C’est l’histoire d’une rencontre, d’un amour fou, d’un chemin de désir entre Occident et Orient. C’est une histoire de grâces et d’avions dont on refuse absolument qu’ils se permettent d’être en retard. C’est la musique du cœur, tambour battant, entre vide et plein, plein et vide. Avec beaucoup de pudeur, Olivier Brossard écrit sa…

Un bouillon japonais, par Mathieu Van Assche, photographe

Les rāmen sont des mets japonais constitués de pâtes dans un bouillon à base de poisson ou de viande et souvent assaisonnés au miso ou à la sauce soja, importés de Chine au début du XXᵉ siècle. Voilà pour la fiche Wikipédia, maintenant passons à la dégustation, qui est un livre japonais de Mathieu Van…

Une Venise intérieure et nocturne, par William Guidarini, photographe

  Avec Venise et ses îles, le photographe William Guidarini signe chez Arnaud Bizalion un anti-guide touristique. Son livre, conçu avec l’amitié et l’expertise de Laura Serani, est une œuvre au noir, un voyage intérieur, une musique nocturne, un enchevêtrement d’espaces intimes et de territoires mouvants. Pratiquant le voyage comme un désabritement, William Guidarini trouve…