Montana, antichambre de l’enfer, par Oona Skari Duroy, photographe

Oona Duroy (2)

©Oona Skari Duroy

Contre la psychose, la folie, le délire, le semblant nous soutient.

Il nous faut des histoires, des récits, des fables.

Cependant, lorsque celles-ci sont à ce point mensongères qu’elles en deviennent les parois d’une prison mentale, il y a nécessité à opérer un renversement du regard.

Oona Duroy (10)

©Oona Skari Duroy

La petite fille croyait peut-être au rêve américain – sa mère est née à Chester dans le Montana, soit un village rural environné de néant, avant que de s’en exiler pour la France -, mais la jeune adulte, faisant son entrée dans l’art, a dû produire un acte de dessillement.

Voyageant en août 2019 en cet Etat associé au mythe du Far West, Oona Skari Duroy a découvert un pays à l’abandon, des territoires en pleine déréliction, une sorte d’enfer.

Oona Duroy (6)

©Oona Skari Duroy

Filmant et photographiant en noir & blanc argentique, l’artiste vivant à Annecy est allée à la rencontre des habitants, non sans ressentir l’ambiguïté de sa position d’observatrice : déplorer moralement une situation scandaleuse, accepter la part de jouissance de l’œil.

« Dans le monde du regard, déclare-t-elle, il faut être un voyou tout en conservant son degré d’empathie et d’humanité. Il faut transgresser tout en respectant. La frontière est mince. »

Backroads, dans les coulisses du rêve, son premier ouvrage édité à cinquante exemplaires, a la beauté des fanzines nourris de pratiques expérimentales, et portés par une rage d’expression n’attendant rien de personne pour se libérer.

Oona Duroy (19)

©Oona Skari Duroy

Des routes interminables, des plaines d’ennui, des montagnes hautes, des animaux sauvages, et des humains oubliés.

Les images sont noires, les ombres épaisses, le grain du papier un tourbillon de poussières.

Qui vit là ? qui occupe ce canapé défoncé ? Y a-t-il même un sheriff en ces espaces vides ?

Oona Duroy (21)

©Oona Skari Duroy

L’alcool est un tord-boyaux infect, les corps sont délabrés, Dieu s’en fout bien du sort des désaffiliés de l’Histoire.

En peu de photographies – Backroads n’est pas un essai ou une thèse, mais une coupe transversale faite de points saillants – Oona Skari Duroy photographie le manque, la survie, l’entraide et le rire sur fond de catastrophe intime.

L’avenir est une blague, seul compte le présent, et encore.

Oona Duroy (5)

©Oona Skari Duroy

On marche sur des décombres, le progrès est un leurre pour abrutis.

Des mobil-homes, des voitures pourries, des détritus, des murs de briques sales.

Les sofas peuplent les rues – motif récurrent -, comme autant de stations menant peu à peu vers les mondes souterrains.

Oona Duroy (11)

©Oona Skari Duroy

Il reste là-bas, au loin, une grange assez belle, mais pas de sensiblerie, un crime y fut peut-être commis, ou le massacre de quelques indésirables venus de l’Est.

Pour son premier opus, Onna Skari Duroy frappe fort.

Oona Skari Duroy, Backroads, dans les coulisses du rêve, texte (français/anglais) Oona Skari Duroy, Nebel Press, 2021 – 50 exemplaires numérotés

Oona Duroy (17)

©Oona Skari Duroy

Oona Skari Duroy – Instagram

couverture BW

©Oona Skari Duroy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s