Entre incarnation et expérimentation, par Thierry Valencin, photographe

le

©Thierry Valencin

La grâce féminine, l’énergie gitane, la dureté espagnole, la culture taurine, les sables du temps, l’humour, le plaisir de vivre.

Tels sont quelques-uns des thèmes structurant l’univers photographique de Thierry Valencin, artiste vivant entre ses galeries/laboratoires d’Arles et de Paris.

Il y a chez lui un véritable raffinement dans le regard porté sur le monde, et une forme de sauvagerie très belle, une indocilité doublée d’un goût du jeu, du pari, des rencontres – sans hiérarchie.

Une volonté de nouer incarnation et expérimentation.

©Thierry Valencin

©Thierry ValencinLe noir et blanc argentique est son domaine, ainsi que la chambre noire, séjour des démons et des merveilles.

La présence féminine irrigue son dernier livre, Imago, comme une ponctuation intimement nécessaire.

Que voit-on ?

Une danse. Du corps avec l’espace, des arbres avec l’eau, de la main sur la pellicule grattée.

Froufrous et habits retirés.

Têtes de sardines et fesses nues.

©Thierry Valencin

Imago transmet son ki, spiralaire.

La superposition des photographies crée le trouble, le désir est permanent.

Plumes de vie, épanouissement de fleurs, zébrures.

La main qui exprime la paix est aussi celle qui caresse le dos du temps, et la tendresse des toisons.

On converse, on se regarde, on se devine.

Il y a des effets de montage, des collages, des solarisations, et toujours la beauté du corps féminin, amande douce, cri de l’univers.

©Thierry Valencin

Imago est un livre qui donne envie de vivre et d’aimer, d’aller vers l’autre et de se voyager.

« Le titre qu’a choisi le photographe pour cet opus, Imago, écrit joliment Pascal Letellier en fin d’ouvrage, fait bien sûr référence à la représentation, mais aussi au papillon, le parfait insecte posé comme une psyché avec la symétrie des formes inclinables et des nervures multipliées. Broché, le livre s’ouvre et se referme comme les ailes symétriques d’un lépidoptère, taches noires sur fond blanc au souffle du vent. Ouvrons grand le livre, il écarte ses ailes de part et d’autre du pli, ce pli d’absence comme un corps cousu de fils noirs. » 

©Thierry Valencin

Thierry Valencin, Imago, textes Erik Renaud et Pascal Letellier, autopublication, 2022 – 500 exemplaires

©Thierry Valencin

https://www.thierryvalencin.com/latelier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s