Une rêverie de statues, par Patrick Tournebœuf, photographe

On ne les voit plus tant ils sont omniprésents dans nos villes, nos villages, nos bourgs, nos hameaux. On ne les voit plus parce qu’ils rappellent la mort, la douleur, les conflits fratricides, la laideur. On ne les voit plus, et pourtant nous ne pouvons pas ne pas les honorer, même un peu, ni nous…

Tribu, tout est sacré, par Stéphane Lavoué, Bertrand Meunier et Patrick Tournebœuf, photographes

Tine et Marc Verstraete, propriétaires du vignoble Château Castigno, situé à Assignan, dans l’Hérault, ont demandé à trois artistes de grand talent (sur proposition de Gilles Coulon, du collectif Tendance floue), Stéphane Lavoué, Bertrand Meunier et Patrick Tournebœuf, de photographier leur domaine, à l’occasion de l’édification d’une nouvelle cave dessinée par l’architecte Lionel Jadot –…

Le projet photographique Azimut, une expérience d’éveil (2)

J’ai présenté récemment – le 30 août 2017 – l’enthousiasmant projet du collectif Tendance floue, Azimut (L’offrande des hommes, des lieux et des non-lieux) polyptique psychogéographique, work in progress éditorial qui comprendra à terme six volumes concernant une trentaine de photographes. Patrick Tourneboeuf était de la seconde marche. Je lui ai demandé de légender simplement, sensiblement,…

Photographier la menace, par Alain Willaume

A l’occasion de la présentation de sa série Echos de la poussière et de la fracturation à l’exposition Autophoto actuellement en cours à la Fondation Cartier (Paris), j’ai souhaité interroger Alain Willaume sur la genèse et la réalisation de ce très beau travail. Photographe pour qui la fiction n’est pas l’envers de la réalité mais…

American Dream, par Sylvie Meunier et Patrick Tourneboeuf

       Révélée bientôt dans le cadre de l’exposition Autophoto (20 avril – 24 septembre 2017), à la Fondation Cartier pour l’art contemporain (Paris), la collection de photographies anonymes réunies par Sylvie Meunier et Patrick Tournebœuf, cofondateur du collectif Tendance Floue, est passionnante, dans sa façon d’évoquer sur un mode inconsciemment élégiaque le rêve américain (American…

Séoul, cité de plasma, par le photographe Denis Bourges

Onzième titre de la collection « Villes mobiles » – après Rome, Bucarest, Montreuil, Beyrouth, Venise, Saint-Malo, Fukuoka, Rabat, Marseille, New York – imaginée par les éditions de Juillet (Chantepie, près de Rennes), Séoul is watching me offre une déambulation dans la capitale coréenne en cinquante images prises, c’est la contrainte de la collection, au téléphone portable….