Défense du football en milieu hostile, ou pas

Spain's goalkeeper Iker Casillas jumps up to catch the ball during their 2010 World Cup final soccer match at Soccer City stadium

Comment ça vous n’aimez pas le football ?

Comment ça le sport professionnel est la métaphore de la guerre ?

Comment ça les millions que touchent les stars du ballon rond vous indignent ?

Vous n’aimez donc pas la Russie ? ni le Qatar ? ni les chaînes télévisées à péage ?

Vous n’allez tout de même pas renier votre enfance ? ou disputer vos enfants ? ou vous fâchez avec vos voisins ? ou mettre en péril la consommation mondiale de bière ?

La soule vous saoule ?

Etes-vous donc le pire ennemi de la démocratie ?

Fiché S peut-être ?

pele.rovesciata.750x450

Comme Jean Giraudoux écrivant en 1933 dans La Gloire du football : « La balle n’admet pas le truquage, mais seulement les effets stellaires… » ?

Comme Henry de Montherlant, ancien joueur du Stade français, célébrant ainsi son sport favori (vous pouvez rire, mais sans vous moquer) : « Gros souliers, base de la jeune jambe, cuir de vache à peine dégrossi , / Seule épaisseur sur ce corps qui n’a contact que de légèretés, / Je vous tire du sac en pagaïe où vous dormiez sous la culotte salie : / Sifflets de l’arbitre dans l’air coupant, terrain qui claque… je tire tout l’hiver. » ?

Comme André Maurois (ah, la belle brochette d’écrivains d’avant-garde) s’enthousiasmant : « Une belle partie, c’est de l’intelligence en mouvement. Bien plus : c’est de l’intelligence incarnée. L’Esprit a pris pour instruments ces corps dociles et bondissants. Et là est la vraie grandeur de l’homme. Dans cette terrible et superbe partie qu’est la vie, ne sommes-nous pas tous jetés sur le terrain de cette planète voyageuse, et tous engagés dans le difficile opération de pousser jusqu’au but, c’est-à-dire l’accomplissement, l’invisible ballon d’un idéal ? » ?

Comme Doc Gynéco (de plus en plus fort) envoyant ses lyrics : « C’est un passement de jambes, sur le beat je flambe / Un passement de jambes, un passement de jambes / Un passement de jambes, une mise en avant / Un passement de jambes, sur le beat je flambe… » ?

Comme Pierre de Coubertin (on peut douter de son intérêt pour le mouvement surréaliste) : « Le parfait footballeur doit à tout instant de la partie être prêt à recevoir le ballon, à le passer, à courir, à se décider à se taire et obéir. Comptez, je vous prie, sans parler des qualités physiques, comptez combien de qualités morales sont ainsi mises à contribution ! l’initiative, la persévérance, le jugement, le courage, la possession de soi-même, et avouez que le jeune homme devant lequel un tel programme est placé a de quoi faire dans la voie des perfectionnements. »

toeeldo-1170x658

S’ensuivent (nous lisons ici Le goût du football) des considérations de Renaud Camus, Robert Redeker, Alain Finkielkraut. Cet art majeur serait-il donc de droite ?

Heureusement, dans cette chaude ambiance, l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano sauve l’honneur : « Le but est l’orgasme du football. Comme l’orgasme, le but est de moins en moins fréquent dans la vie de moderne. »

Ce qui n’est pas faux, vous en conviendrez peut-être.

Et le polémiste Philippe Muray de renchérir ironiquement en 1998 dans Après l’Histoire à propos de la victoire de la France au mondial : « L’Empire hyperfestif est désormais seul capable de refaire l’unité nationale, de penser comme de panser les fractures de la société, et d’y créer le vrai et ultime Parti unique de la Fraternité. » ?

005523490

Le goût du football, textes choisis et présentés par Stéphane Baumont, Mercure de France, 2018, 144 pages

Site du Mercure de France

main

Se procurer Le goût du football

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s