Los Duelos y Quebrantos, de l’Espagne comme un plat de cochon, par Sebastián Bruno, photographe

mujer cortina 001
© Sebastián Bruno

Los Duelos y Quebrantos est un plat traditionnel typique de la région de Castilla-La Mancha en Espagne.

Il est composé essentiellement de chorizo, d’œufs et de lard.

Cervantes le mentionne dès les premières pages de son Don Quichotte, mais c’est aussi le titre d’un livre du photographe Sebastián Bruno.

chiki 001
© Sebastián Bruno
espana 005
© Sebastián Bruno

Si la cuisine est l’âme d’un peuple, nul doute que l’ouvrage de l’artiste espagnol relève aussi d’une façon savante d’associer les ingrédients.

Un plat savoureux comme métaphore de la composition d’un livre de photographie ? Pourquoi pas.

Les images sont en noir & blanc, parfois sur doubles pages avec rabat, il n’y a presque pas de texte.

cabeza de ciervo 001
© Sebastián Bruno
nona acostada 001
© Sebastián Bruno

Bienvenue en territoire inconnu.

Sur la couverture toilée façon vintage nous accueille le trophée d’un cerf piqué d’épingles fines.

Vous qui entrez ici abandonnez toute certitude, car s’imposeront les règles de la magie noire.

pibe tragamonedas 001
© Sebastián Bruno

Image 1 : le plat.

Image 2 : un tissu historié montrant Don Quichotte, Sancho Panza et leurs fidèles montures.

Image 3 : des mottes de terre sèche faisant songer aux agglomérats de nourriture de l’image 1.

Le cadre est posé, maintenant il ne faut plus chercher à tout comprendre, mais deviner, se laisser happer par chaque photographie conçue comme élément d’un vaste puzzle mental, ressentir plus qu’intellectualiser.

Los Duelos y Quebrantos n’est cependant pas qu’un plat, ou un livre, c’est aussi une arme idéologique, puisque cette recette porcine était servie aux juifs et musulmans convertis pour prouver leur bonne foi chrétienne.

Les terres sont arides, semi-désertiques, plombés de soleil.

Vivre ici demande de savoir survivre, et d’accepter sa place dans l’ordre des choses.

Sebastián Bruno construit des énigmes visuelles, ses images fonctionnant comme des amorces de fiction.

Une main passe le porche en bois d’un immeuble bourgeois ? Appel à l’aide ou simple prise de température ?

Accoudé au bar, un, vieil homme contemple une photo de Franco collée au mur. Nostalgie, rage ou indifférence ?

espana 017
© Sebastián Bruno

Au pays de Buñuel, la surréalité n’est pas une fantaisie de littérateur, mais l’un des aspects de la quotidienneté.

Ouvrez la bouche, une pomme se dirige vers vous.

Secouez l’olivier, il en tombera peut-être un dieu.

Buvez, bâfrez, allongez-vous nu sur les cailloux : le cochon que vous venez de tuer mérite bien cela.

Trop de chaleur, trop d’alcool, trop d’attentes. On s’allonge sur le lit comme on se prépare à mourir.

retrato con brazo 001
© Sebastián Bruno

On donne un baiser à la vierge avant que de revêtir sa veste de torero.

C’est le pays de l’âpreté et des veuves noires, des cruautés cachées et des regards perdus.

L’ennui y est abyssal.

Le sens est à construire,  à la façon d’un fouillis fouilla d’œufs, de lard et de chorizo.

DbtIbO6WkAE6dFa

Sebastián Bruno, Duelos y Quebrantos, Ediciones Anomalas, 2018

Site de Sebastián Bruno

Ediciones Anomalas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s