The Castle, so french and british, par James Hill, photographe

c003
© James Hill

Le Château de Mallebois, en Eure-et-Loir, est, comme il se doit, entouré de bois profonds.

On y croise encore, comme dans les poèmes de Gérard de Nerval, des âmes noires tenant par la bride de superbes chevaux.

La futaie est épaisse, qui abrite le temps lui-même en son ordre séculaire.

c001
© James Hill

Qu’il vente, pleuve ou neige, rien ne semble distraire les épaisses tourelles.

Ici, les rôles sont établis depuis bien longtemps. C’est un confort, comme de porter un costume fait sur mesure, qu’on soit châtelain, enfant de lord ou lièvre du dimanche.

Chacun est à sa place, la pièce se jouant inlassablement depuis vingt ans, sous l’œil complice et distancié du photographe britannique James Hill, époux d’une noble dame.

07_hill_the_castle_ws
© James Hill

Ecrit en noir et blanc, The Castle est un conte français au parfum anglais, une île de pierre et de verdure protégée par la brume.

Vivre en un tel lieu construit de la prestance, du prestige, et du mystère.

Espace clos, Le Château est pourtant aussi un vaste champ d’interactions, point de focalisation pour les villageois alentours.

05_hill_the_castle_ws
© James Hill

Voyageant partout dans le monde pour la presse écrite, James Hill a trouvé ici un socle, une stabilité, une puissance de tradition et d’immuable.

Les champs sont impeccablement labourés, le temps est froid et sec, la chasse sera parfaite.

Les chiens font leur office, allant chercher depuis des siècles avec le même entrain, perdrix, faisans et bécasses.

c002
© James Hill

Amis qui n’êtes point renard, lapin de garenne ou de la gent ailée, ne craignez surtout pas la meute.

Un enfant est allongé dans le ciel, sur la branche énorme d’un chêne pluricentenaire, qui pourrait être un arbre photographié par Sally Mann en Virginie.

James Hill alterne entre intérieur et extérieur, entre un bouquet de fleurs posé sur une nappe couvrant une table ronde et des jeux dans l’herbe, entre un bébé exerçant sa motricité sur un lit et une chapelle, entre une maman se servant du thé et une petite fille soufflant sur une fleur de pissenlit.

c004
© James Hill

Sous le regard des ancêtres, et des trophées de chasse, des tableaux empoussiérés et des bustes sévères, Le Château invente de nouveaux chemins de vie, entre sentiment de désuétude aristocratique, et grandeur d’une lignée familiale.

hill_web_vorl

James Hill, The Castle, design Hannah Feldmeier, texte en anglais Kehrer Verlag, 2019, 144 pages

James Hill – site

c015
© James Hill

Kehrer Verlag

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s