Marc Nucera, tailleur de bois

le
Nucera-INTBAT-2020.indd
© Marc Nucera

Un atelier donnant sur les Alpilles.

Des torsades de bois comme dans une église baroque, ou un village roumain construit par quelques thuriféraires du génial Brancusi.

Un jardin enchanteur sur la pelouse duquel reposent des météorites de bois, ou des œufs de dinosaures que rêverait de collectionner Jean-Luc Parant.

Des colosses, des prieuses, des figures processionnaires.

Nucera-INTBAT-2020.indd
© Marc Nucera

 

Et dans ce silence profond, le bruit régulier d’une tronçonneuse aussi puissante que les mains d’une dentellière de Calais formée au monumental par Georg Baselitz.

Nous sommes à Noves chez Marc Nucera, à qui les éditions Actes Sud consacrent une monographie composée par Elisabeth Couturier et Françoise Bertaux, avec une préface de Chantal Colleu-Dumond, directrice du Domaine de Chaumont-sur-Loire où le sculpteur expose ses œuvres jusqu’au 1er novembre 2020.

Marc Nucera ne travaille pas le bois – généralement du platane, du cyprès, du pin, du prunier, du chêne -, mais avec le bois, comme si celui-ci était un partenaire et qu’il était cocréateur de la forme révélée.

Nucera-INTBAT-2020.indd
© Marc Nucera

La tronçonneuse hache, hachure, retire de la matière, faisant de cette soustraction même un geste d’ascèse.

Il y a des formes zoomorphes, des animalcules, pachydermes ou autres quadrupèdes bizarres, avançant dans le temple végétal d’un artiste très sensible aux liens entre acte créateur et environnement.

Sans la courbe des montagnes se dessinant à l’horizon du jardin, il n’y aurait pas ces formes organiques donnant l’impression que le bois est une chair à modeler.

Jean Arp en sa douceur spirituelle est une référence, de même peut-être que les dormeurs ou orants de Georges Jeanclos.

Nucera-INTBAT-2020.indd
© Marc Nucera

 

L’histoire de l’arbre n’est surtout pas niée, qui possède des articulations, des nœuds, une peau intime, un âge.

Il y a des couples, des danses aériennes, des caryatides dont la force de jeunes filles est considérable.

Chaque arbre a son identité, qu’il convient de respecter pour lui permettre de donner le meilleur de lui-même.

Des torsions.

Nucera-INTBAT-2020.indd
© Marc Nucera

Des poissons ivres.

Des drapés.

Un long baiser entre deux cyprès, dont la silhouette est androgyne.

« Suivant les veines du bois, écrivent Elisabeth Couturier et Françoise Bertaux, en respectant les nœuds, la lame de la tronçonneuse fait son chemin. Ce sont les bois fruitiers, en particulier l’amandier, qui conduisent la tronçonneuse selon des torsions exceptionnelles. »

Les sculptures de Marc Nucera sont des offrandes, qui manifestent envers les forces de la nature une immense gratitude.

007472201

Les sculptures de Marc Nucera, texte d’Elisabeth Couturier et de Françoise Bertaux, préface de Chantal Colleu-Dumond, Actes Sud, 2020, 160 pages

Actes Sud – Marc Nucera

Marc Nucera expose ses œuvres dans le parc historique et les écuries du Domaine de Chaumont-sur-Loire jusqu’au 1er novembre 2020

Domaine de Chaumont-sur-Loire

Site de Marc Nucera

main

Se procurer Les sculptures de Marc Nucera

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s