André Malraux, écrivain d’art, par Jean-Yves Tadié, essayiste

masque-afrique

« Je suis, écrit André Malraux, un esprit religieux sans foi. »

Universitaire et éditeur, Jean-Yves Tadié est l’auteur, essentiellement chez Gallimard, de biographies et d’essais remarqués sur Marcel Proust, Jules Verne, Claude Debussy, l’art du roman.

Son dernier opus sur André Malraux, Histoire d’un regard, collige des textes écrits depuis 2004 – préfaces et introductions – à propos de l’œuvre du romancier de La Condition humaine (prix Goncourt 1933), doublé d’un très fin aventurier de l’histoire de l’art.

Assumant des positions transversales, synchroniques, ascolaires, développées notamment dans les trois volumes de la Psychologie de l’art – première version parue chez Skira en 1949 -, Malraux possède une culture panoramique, originale, portée par la conscience de la grandeur des artistes, « créateurs nietzschéens », défiant par leur œuvre le temps comme puissance de destruction et d’oubli.

Il y a chez lui « un élan lyrique », le sens d’une épopée tragique, une façon de brasser ensemble tous les passés et toutes les géographies, de les mettre en tension à la façon du grand Hugo et de les accorder, de créer une sorte de synthèse hallucinée – à l’intérieur même d’un système de ruptures – où le surgissement de l’art est considéré comme une ponctuation majeure, la vérité même d’un peuple, d’une culture, voire d’une civilisation.

« Nous n’avions jamais vu, analyse Jean-Yves Tadié en évoquant l’apport d’André Breton, ces confrontations de photographies, de reproductions d’œuvres d’art, ces courts-circuits qui font jaillir une étincelle. »

« Ecrivain d’art », se réclamant de la lignée de Baudelaire, Malraux, « naturellement fabulateur », perçoit le monde comme façonné par l’art et les grands hommes (de Gaulle, les héros anonymes) générateurs d’actes décisifs et de maximes fulgurantes.

L’art contre la mort et l’absurde.

Le style – matrice classique, pascalienne – contre l’avachissement.

L’individualisme révolutionnaire contre l’uniformisation réductrice.

Le courage (l’engagement du côté des Républicains espagnols, l’opposition à Drieu La Rochelle) contre les compromissions.

La vocation contre le calcul.

La passion des images contre la bouillie visuelle.

La voyance contre la courte vue.

La métamorphose et le vitalisme contre la stase et l’ennui.

Le moi de l’artiste contre le moi social.

La présence des œuvres contre l’absence des corps et la chute des civilisations.

La logique des apparitions contre la paresse du déjà-vu, trop-connu.

Raconter l’histoire à rebours : « Les historiens de l’art, précise Jean-Yves Tadié, appliquent une méthode que Malraux rejette. La critique de sources ou d’influences ne l’intéresse pas, parce qu’il pratique une histoire à l’envers : l’art moderne n’est pas la conséquence d’un art ancien, mais la cause de sa résurrection. »

Si des statues ou peintures d’époque et d’origines géographiques très différentes forment malgré tout une unité, et peuvent entrer en conversation, c’est qu’en chaque œuvre d’exception sourd une force d’actualisation, une sorte de présence intemporelle, ou forme passionnelle créant, dans la discontinuité apparente, un appel commun, d’ordre essentiellement spirituel.

Le Musée imaginaire sera le reflet de cette conception haute de l’art, comme un poème ininterrompu.

« Les peintres connaissent la vieillesse, écrit Malraux dans son très beau livre sur Goya (Saturne, 1950), mais les peintures ne la connaissent pas. »

Les dieux ne nous ont pas quittés, ils sont là, dans une statue précolombienne, une miniature médiévale, un linteau roman, un masque africain ou une peinture de Paul Cézanne.

La pensée de l’art de Malraux, propose ainsi Jean-Yves Tadié avec beaucoup de pertinence, est une théogonie.

008408228 (1)

Jean-Yves Tadié, André Malraux, Histoire d’un regard, Gallimard, 2020, 230 pages

Site Gallimard

logo_light_with_bg

Se procurer André Malraux, Histoire d’un regard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s