Mythologie des machines de ville, par François Delarozière, inventeur

le
Le Dragon transportant 50 voyageurs sur le front de mer (c) Fred Collier Ville de Calais
Phase 1 de la requalification du front de mer de Calais. Le dragon de Calais se promène au sein du village gourmand

Depuis qu’elles sont apparues dans les rues de Calais, Nantes, La Roche-sur-Yon, Toulouse, Pékin, Reims, Yokohama, Santiago du Chili…, ces machines fantastiques, évoquant un bestiaire médiéval, ont transformé nos villes en théâtre.

Nous suivons, tels des serviteurs féodaux, leur lente déambulation, marionnettes géantes activées par un nombre conséquent de techniciens, parfois une dizaine de manipulateurs.

Premier jour du spectacle inaugural_le Dragon entre dans la ville (c) Jordi Bover

Nous les laissons nous dévorer, nous fasciner, agrandir nos yeux d’enfants.

Photos spectaculaires garanties, et bonheur des édiles, enchantant ainsi leur ville en la faisant découvrir autrement, en trois dimensions, et comme une vaste scène.

Méliès et l’art forain sont de retour, la visibilité des trucages eux-mêmes faisant partie de la levée de la joie en chacun.

LÔÇÖIguane sentinelle du fort Risban (c) Delaroziere

© François Delarozière

Depuis près de vingt ans, l’inventeur-créateur François Delarozière est à la manœuvre, concepteur notamment de machines de spectacle pour la compagnie Royal de Luxe, et des pièces Le Géant, Le Rhinocéros, Le Petit Géant, Les Girafes, La Petite Géante, Le Grand Eléphant

Des échanges fructueux se créent avec des habitants, des vocations naissent, l’utopie d’une féérie théâtrale métamorphose la nature même des lieux, par exemple actuellement – objet du livre Machines de ville – à Calais avec le Dragon, à Toulouse-Montaudran avec la Halle de la Machine, à l’île de Nantes avec Les Machines, à La Roche-sur-Yon avec Les Animaux de la place.

A Calais, un dragon se promène sur les quais du port de pêche, rien de plus fou, et rien de plus normal.

On peut penser aux machines du Anversois Panamarenko, ou, rappelle l’architecte David Mangin, au « Théâtre du Monde », créé par Aldo Rossi pour la Biennale de Venise de 1980, théâtre en bois monté sur une barge accueillant un théâtre éphémère mobile.

Le Dragon de Calais (c) Delaroziere

© François Delarozière

Occupant des territoires souvent en friche ou en déshérence, les Machines de François Delarozière semblent soustraire pour un temps la ville à sa logique uniquement marchande.

La foule est chaque fois au rendez-vous : besoin d’émerveillement, besoin de rassemblement, besoin d’innocence jouée.

Il y a chaque fois une impression de stupeur, de démesure, et de fraternité retrouvée.

Le public, fidèle, revient dès que se présentent de nouveau les Géants.

Le jeu est collectif, la foule intergénérationnelle, et de tous milieux.

Croquis de l'Hippopotame (c) Delaroziere

© François Delarozière

Ça soude, forge, assemble, bricole, comme un enfant s’empare des pots de peinture, des morceaux de bois et des bouts de fer dans le garage de ses parents.

Les villes recyclent des territoires délaissés. Les chantiers navals de Nantes deviennent, sous la houlette de l’architecte et maître d’ouvrage Alexandre Chemetoff, une esplanade dédiée aux machines fantasques, la scénarisation de l’espace participant de sa mutation.

La beauté des dessins de François Delarozière rappellent ceux de Léonard de Vinci, mais aussi Jules Verne chez Hetzel.

Résonnant avec la fontaine Stravinsky de Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely à Beaubourg, le carnaval des animaux mécanisés de l’équipe Delarozière est d’une puissance visuelle immédiate : araignée, dromadaire, ibis sacré, crocodile, perche du Nil, hippopotame, colibri, héron, grenouille, crevette, véritables œuvres d’art et pièces techniques exemplaires, semblent surgir d’un esprit sans limite.

La ville de Calais tient une place à part dans l’histoire de la compagnie La Machine, tous ses spectacles y étant été présentés – remerciements personnels à Francis Peduzzi, directeur du Channel (Scène nationale bâtie par Patrick Bouchain sur le site  des anciens abattoirs), et son inépuisable énergie en faveur des publics différents.

La Perche du Nil restera visible toute une année depuis les belvédères (c) Emmanuel Bourgeau

Dans le quartier déshérité des Cailloux se promènent comme s’ils y étaient chez eux depuis une éternité un dragon de quarante-huit tonnes et douze de mètres de haut, accompagné d’une araignée géante.

Iguanes et varans appelés à coloniser la ville durablement seront bientôt à demeure, sous la protection d’un gigantesque Dragon des mers installé à deux pas des ferrys en partance pour l’Angleterre.

Une structure métallique ouverte aux regards de tous est construite, abritant ce monstre crachant du feu, de la fumée, de l’eau, et vaporisant des brumes.

Mais l’aventure ne s’arrête pas là, Cardiff au Pays de Galle, Derry en Irlande du Nord, Inzinzac-Lochrist, près de Lorient, le hameau de Saint-Antoine, sur la commune de Lanrivain en Centre-Bretagne, recevront bientôt d’autres machines de ville, d’autres folies animales, destinées à réveiller en chaque endroit un potentiel de mythe endormi depuis bien longtemps.

couv-machines-de-ville-site-internet-1024x489

François Delarozière, Machines de ville, propos recueillis par Philippe Dossal, préface de David Mangin, édition français / anglais, Actes Sud, 208 pages – 170 iconographies

Site Actes Sud

François Delarozière

logo_light_with_bg

Se procurer Machines de ville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s