Quand les parents se séparent, par Mohamed El Khatib, dramaturge, et des enfants de huit ans

tendresse

©Emine Karali

Quand les parents se séparent, les enfants ne comprennent pas toujours, ou trop bien.

La situation est pénible, voire inacceptable, mais ils savent depuis longtemps au fond que la rupture était inévitable.

Quelle image donnons-nous de l’amour à nos enfants ?

Quelle représentation donnons-nous de la vie à deux ?

Que transmettons-nous de notre joie, de nos échecs, de nos désirs ?

Trahissons-nous en voulant masquer la déroute des sentiments ?

Préservons-nous en n’exposant pas directement notre effondrement ?

cabanesecrets

©Emine Karali

Les enfants, Mohamed El Khatib, metteur en scène et auteur des très remarqués Finir en beauté (pièce en un acte de décès), C’est la vie (une fiction documentaire) et Stadium, les a écoutés, enregistrés, réinventés en une courte pièce intitulée La Dispute – comme chez Marivaux -, créée en 2019 alors qu’il avait été invité par le Théâtre de la Ville de Paris à écrire pour la jeunesse.

Ils ont huit ans, s’expriment avec spontanéité, justesse, émotion, drôlerie, tentant de mettre des mots sur ce qui ne se conçoit qu’avec peine : qu’un amour s’achève.

« Qu’ont-ils à dire de la séparation ? s’interroge le dramaturge. Comment la leur a-t-on annoncée ? Le savaient-ils ? Le pressentaient-ils ? Comment ont-ils réagi ? Ont-ils pris parti ? Comment le vivent-ils au quotidien ? Quelle perception ont-ils de cet événement fondateur de leur courte vie. »

main

©Emine Karali

Swann est contraint d’intervenir par Skype : « Je m’appelle Swann et en fait je voulais juste vous dire que, / normalement, / je joue dans le spectacle. / Mais je ne peux pas être là ce soir, alors c’était pour m’excuser. // Parce qu’en fait, mes parents, ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord. / Ma mère elle voulait que je fasse le spectacle, mais mon père, il ne voulait pas. // Et comme ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord, / du coup, / je peux jouer qu’une semaine sur deux, quand je suis chez maman. / Voilà. Et là, c’est pas de chance pour vous, c’est la mauvaise semaine. »

Aaron, qui a cru pendant deux ans que son père était en voyage d’affaires, et qui a par la suite aidé sa mère à s’inscrire sur Tinder : « Mais ma mère elle dit que c’est pas parce que c’est un agent secret qu’il se cache. / Elle dit que c’est parce qu’il ne tient pas ses promesses. / Mais moi je pense que c’est pas grave. / Par exemple, est-ce qu’il y a quelqu’un dans la salle, / qui toute sa vie, a toujours tenu toutes ses promesses ? // Ben vous voyez, / vous pourriez tous être mon père. »

panoramaMerlight

©Emine Karali

Solal : « Moi, mes parents, ils se sont séparés quand j’étais petit. J’avais environ 5 ou 7 ans par là. / Et ils m’ont demandé si je voulais habiter avec papa ou maman. / Je leur ai dit que je voulais réfléchir avant de choisir. / Je voulais peser le pour et le contre. / Avec mon père, je peux manger des hamburgers tous les jours, on peut regarder la télé le soir, je suis pas obligé de prendre ma douche et je fais mes devoirs que le mercredi. / Avec ma mère, on est obligé de manger des poireaux, de se coucher à 20 heures, on est obligé de se laver tous les jours et elle a pas beaucoup d’humour. / Donc. / J’ai choisi ma mère. »

Eloria : « Maman m’a dit qu’il ne m’avait pas reconnue. / Et moi je croyais qu’il m’avait pas reconnue parce que je lui ressemblais pas. »

Amélie : « Quand j’étais petite – vraiment petite, vers 5 ans -, / mon père m’a raconté que je lui avais demandé comment ils faisaient les hommes préhistoriques quand ils se séparaient. / Si les enfants allaient une semaine dans la grotte de leur mère et une semaine dans la grotte de leur père. »

ville

©Emine Karali

Un enfant entend : « Papa et moi, c’est fini. »

Comment se déroulera la garde ? Qui décidera de la périodicité ? Comment ne pas perdre mes affaires ? Est-ce vraiment fini à ce point ?

Imran est malin : « Est-ce que je peux dire quelque chose aussi ? / C’est-à-dire que, moi, mes parents, ils ne sont pas séparés… / Mais comme tous mes copains, ils ont des parents séparés et que je voulais absolument faire le spectacle, ben au casting j’ai dit que mes parents… ils étaient séparés. / Quand je l’ai dit à mes parents, ils m’ont disputé. Mais je crois qu’ils sont quand même contents que je fasse le spectacle. »

Nous qui n’avons pas pu assister aux représentations de La Dispute, nous sommes contents de les  entendre, toutes ces paroles de l’intelligence du cœur.

007794571

Mohamed El Khatib, La Dispute, Les Solitaires Intempestifs, 2019, 70 pages

oeilastre

©Emine Karali

Les Solitaires Intempestifs

Merci à Emine Karali d’avoir accepté de me confier quelques-uns de ses dessins pour accompagner cet article.

Son travail est consultable sur en cliquant ICI 

logo_light_with_bg

Se procurer La Dispute

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s