Des maisons traditionnelles du peuple Bugis, par Ursula Schulz-Dornburg, photographe

BugisHouses_08copy_860x

© Ursula Schulz-Dornburg / MACK

En 1983, alors en voyage de recherche ethno-architecturale à Tana Toraja, située sur l’île indonésienne centrale de Sulawesi (Célèbes), Ursula Schulz-Dornburg découvre de façon inattendue l’originalité des maisons du peuple Bugis, construite sur pilotis parmi les rizières.

Comprenant que cet habitat traditionnel était voué à une disparition ou une modification prochaine, l’artiste allemande, dont le travail fut présenté à la MEP en 2020, s’est alors empressée de le photographier.

BugisHouses_09copy_860x

© Ursula Schulz-Dornburg / MACK

Les éditions londoniennes MACK publient, dans un petit format, cette série où les maisons, cadrées de loin, apparaissent comme des vignettes laissant essentiellement deviner leurs formes plus que leur contenu probable de logements de paysans installés au cœur de leur lieu de travail.

Ce sont des présences, des idées, des symboles géométriques plantés dans un décor d’eau et de terre.

Ce sont les émotions d’un peuple méconnu matérialisées en structures de bois et de choix de couleurs.

BugisHouses_10copy_860x

© Ursula Schulz-Dornburg / MACK

On ne distingue pas les visages des habitants, tout semble silencieux et très calme, comme dans une interminable mélancolie de rêve éveillé.

Quels liens sociaux entretiennent les Bugis ? Sont-ils aussi isolés que leurs maisons sans voisinage apparent le laissent deviner ?

La disparition de l’architecture vernaculaire n’est-elle pas un appauvrissement pour tous de notre capacité à habiter le monde ?

BugisHouses_11copy_860x

© Ursula Schulz-Dornburg / MACK

Qui se souviendra bientôt encore que les dieux des mondes supérieurs et inférieurs s’étaient il y a bien longtemps réunis pour créer un peuple capable d’habiter le monde du milieu ?

Ursula Schulz-Dornburg photographie au présent de l’objectif un passé révolu, créant une sensation d’équilibre instable entre le jadis et le contemporain ravageur.

Que vaut la mythologie face à la raison calculante triomphante des nouveaux maîtres du temps ?

BugisHouses_12copy_860x

© Ursula Schulz-Dornburg / MACK

Bugis Houses, Celebes, marqué du sceau de la rigueur de l’école photographique de Düsseldorf, est cependant moins un document de haute précision sur une architecture menacée, qu’un espace de médiation.

Des palissades, des escaliers, des ouvertures, une terrasse couverte protégeant de la pluie ou du soleil trop ardent.

Un coq passe, quelques jerrycans sont posés contre un treillis, le ciel est uniformément gris, comme dans un studio.

BugisHouses_13copy_860x

© Ursula Schulz-Dornburg / MACK

Des hommes posent devant leur maison, mais on ne connaîtra d’eux que les assemblages de planches qui les abritent.

Nous sommes à la lisière d’un monde flottant, dont la photographe pressent qu’il faut préserver le mystère tout en cherchant à en témoigner à la fois méthodiquement et poétiquement, dans un travail très fin, très ténu, sur les correspondances de couleurs.

Regardées une à une dans la continuité d’une vision les rassemblant, ces maisons d’aspect totémique procurent le sentiment d’un vaste territoire sacré duquel ne s’approcher qu’avec beaucoup de précaution et de modestie.

cover584_860x

Ursula Schulz-Dornburg, Bugis Houses, Celebes, texte Sirtjo Koolhof, design Morgan Crowcroft-Brown, MACK (London), 2021, 64 pages

MACK – site

Ursula Schulz-Dornburg

logo_light_with_bg

Se procurer Bugis Houses

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s