Portrait de l’aimée en amie, par Bernard Bonnelle, écrivain

Pietà, 1475, Ludovico Brea « Gênes est loin d’être la plus belle ville italienne, mais c’est pour moi la plus fascinante, avec ses rues resserrées entre la montagne et le port, ses immeubles qui prennent appui les uns sur les autres, ses degrés, ses terrasses, ses passages. La passion des Italiens pour les murs de soutènement,…

L’arche du paysage, par Jean-Baptiste Camille Corot, peintre

Souvenir de la Bresle à Incheville, Jean-Baptiste Camille Corot « Les paysages de M. Corot, écrit en 1855 Maxime Du Camp, ne sont peut-être pas ceux que l’on voit, mais ils sont certainement ceux que l’on rêve. » Ah Corot (1796-1875), l’admirable paysagiste, l’obstination à peindre en plein air, puis dans l’atelier, alors que l’âge le contraint….

Bacchus fugue, par Farhad Ostovani, peintre

© Farhad Ostovani Comme souvent, je prends les œuvres en cours de route, m’affligeant un instant de mon retard – seize livres avec Yves Bonnefoy, tout de même -, puis le bénissant, gages de découvertes encore innombrables. Je me lasse ainsi pas de regarder depuis plusieurs jours deux très beaux livres du peintre iranien installé…

La rue, le peuple, la vie nue, par Loïc Seguin, photographe

 © Loïc Seguin Half Light est un livre composé essentiellement de portraits. Half Light est un livre brut, brutal, très humain. © Loïc Seguin Des corps et visages de relégués, d’invisibles, de marginaux. Des corps et visages cabossés, violentés, fatigués. Les personnes qu’a rencontrées Loïc Seguin, par ailleurs capitaine de police, vivent à Paris, à…

La condition des parias, par Lisetta Carmi, photographe

© Lisetta Carmi et Martini & Ronchetti Je demeure ébranlé par la vision en 2009 du film documentaire de Pietro Marcello, La Bocca del lupo, œuvre relevant, par son portait des bas-fonds de Gênes, de la puissance des mythes, montrant l’amour éblouissant et brut entre Enzo, un criminel multirécidiviste, et Mary, femme transgenre qu’il vénère…

Quelques roses pour Zurbarán, par Florence Delay

« Viens ma bien-aimée, ma belle ! La porte du ciel t’est ouverte. » On visite peu la galerie espagnole du Louvre. Il y a bien quelques noms de maîtres, Velázquez, Murillo, Ribera, mais l’impression, relève Florence Delay dans Haute Couture (Gallimard, 2018), est assez décevante. Pourtant, un chef d’œuvre de petite taille (1,34m x 0,67m) nécessite sans…