De l’esclavage en Amérique, par Catherine Bernad

 Groupe d’esclaves émancipés paru dans Harper’s Weekly  en 1864  « A leur naissance, les enfants prennent obligatoirement le statut de leur mère. Si leur mère est esclave, ils sont esclaves. Même si, pour une raison ou une autre, leur mère devient libre, ses enfants demeurent captifs et continuent d’appartenir légalement à leur propriétaire. » (loi du système esclavagiste…

De la violence coloniale aux Etats-Unis, par Marion Gronier, photographe

©Marion Gronier Nous n’étions pas censés survivre, et pourtant. Nous n’étions pas censés témoigner, et pourtant. Nous n’étions pas censés vous regarder, et pourtant. We were never meant to survive est une formule qui sonne puissamment, mais c’est aussi le titre d’un livre de Marion Gronier consacré à la violence coloniale en Amérique du Nord….

L’âme de Billie Holiday, par David Margolick, écrivain

« Strange Fruit défie toute classification musicale commode et a glissé entre les mailles des recherches universitaires. C’est un titre trop sophistiqué pour être de la musique folk, trop explicitement politique et polémique pour être du jazz. Dans toute l’histoire américaine, aucune chanson ne pouvait à ce point réduire le public au silence ou générer un…

No one is innocent, par Adel Abdessemed, plasticien

Retracer l’histoire d’un artiste majeur en étudiant l’iconographie de ses cartons d’invitation, l’idée me plaît beaucoup, qui est celle des éditions Marval-rueVisconti dirigées par Juliette Gourlat et Jean-Noël Flammarion leur consacrant un livre de belle facture, très stimulant intellectuellement. L’artiste d’envergure internationale, d’origine algérienne – né en 1971 à Constantine – vivant en France depuis…

L’extravagante beauté du Deep South, et le mal, par Sally Mann, photographe

On connaît essentiellement Sally Mann pour son livre sublime Immediate Family paru en 1992, dans lequel la photographe américaine née en 1951 dévoilait sans fausse pudeur sa vie de famille, et le corps nu de ses enfants, entre innocence et approche intuitive de la sexualité. Une ferme de cent soixante hectares, une rivière, des arbres…

Antebellum, ou le Sud profond, par le photographe errant Gilles Mora

Gilles Mora, historien de l’art, spécialiste de la photographie, directeur artistique du Pavillon populaire de Montpellier, éditeur, guitariste de rock, est aussi un amoureux des Etats-Unis, de son histoire, de sa musique et de sa littérature. Arrivé en Louisiane en 1972 pour enseigner le français dans la petite ville de Jena – et échapper au…