Vichy, transparente, d’ombre et surréelle, par Ambroise Tézenas, photographe

Vichy, ville opératique (Leiris), fastueuse et secrète. Vichy, conte noir, fable Belle Epoque et théâtre du hasard. Vichy est un livre d’Ambroise Tézenas, intitulé Villa Mon Plaisir (Filigranes), issu d’une résidence photographique ayant eu lieu à l’initiative du festival Portrait(s) Vichy (7ème édition). Des curistes attendus, des employés discrets, des salles d’eau et de jeux….

Imaginez un banquet, par Lauren Malka, philosophe

« Ma seule affaire, c’est en effet d’aller par les rues pour vous persuader, jeunes et vieux, de ne vous préoccuper ni de votre corps ni de votre fortune aussi passionnément que de votre âme, pour la rendre aussi bonne que possible ; oui, ma tâche est de vous dire que la fortune ne fait…

La photographie, un chant orphique, par Alain Willaume

Il faut imaginer Alain Willaume, enfant, plongé dans la lecture d’un atlas grand ouvert, comme on parcourt d’abord le monde en rêveries et sensations colorées, avant de se frotter physiquement à sa géographie. Photographe de l’inquiétude d’être au monde, Alain Willaume est aussi paradoxalement celui de la dissolution de l’ego dans le paysage, le visage…

Nothing is trivial, par Adrien Boyer, photographe

C’est un ensemble de riens qui sont des presque tout. Ce sont des pans de murs, des éléments d’architecture, des bouts de rue. C’est une photographie presque décevante, et pourtant elle est merveilleuse, car elle émane d’un sensualiste cherchant par la volupté des couleurs et des formes assemblées par le hasard un dépassement de l’antinomie…

L’art contre les algorithmes, par Laina Hadengue, femme peinture

Peintre autodidacte, Laina Hadengue a su plier totalement sa vie aux exigences de son art. Les personnages qu’elle peint sont en pleine introspection, à la fois sereins et happés par quelques inquiétudes secrètes. Contre la course-poursuite des images s’entre-dévorant à l’ère de la grande numérisation de nos existences, Laina Hadengue peint du temps suspendu, obligeant…

Trouble every day, par Stéphane Mahé, photographe

Il y a un mystère Stéphane Mahé, photographe parlant si simplement, si modestement, d’un travail remarquable. Proche de la peinture, son univers esthétique est fait de touches de couleur, de négociations fines entre les ombres et les lumières, de silhouettes lointaines. L’œil s’égare dans tant de volupté et de richesse chromatique. Somewhere, son deuxième livre…

L’Apesanteur et la disgrâce, une exposition pneumatique, par Gérard Berréby, fondateur des éditions Allia

A l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, situé à Lessines, en Belgique, Gérard Berréby a imaginé une exposition, L’Apesanteur & la disgrâce, s’intéressant aux métamorphoses du corps souffrant, proposant une mise en abyme d’un lieu chargé de douleur et d’apaisement. La Belgique est pour le fondateur des éditions Allia, par ailleurs supporter fervent de l’équipe d’Anderlecht,…

Le conte fantastique des invisibles, par Laura Pannack et Mélanie Wenger, photographes

Depuis 1995, la filiale française de la banque britannique HSBC décerne un prix à deux photographes professionnels émergents en leur offrant une première monographie d’éditeur (éditions Actes Sud), et une exposition itinérante, soit une visibilité très précieuse, HSBC France acquérant en outre six œuvres par lauréat pour son fonds photographique propre. Après Christian Vium et…

L’architectonique du désir, par Ralph Gibson, photographe

Quel plaisir de remonter à la source de notre regard ! Dans les années 1970 paraissent trois livres majeurs de l’Américain Ralph Gibson, The Somnambulist (1970), Déjà-Vu (1972), Days at Sea (1974), dont l’inventivité visuelle va influencer de façon déterminante la créativité photographique contemporaine, soit la sensation vive d’une surréalité quotidienne, doublée d’une omniprésente sensualité informée…