Rome, physica e metaphysica, par François Marius Granet, peintre, et Bernard Plossu, photographe

 ©Bernard Plossu Il y a actuellement, au musée Granet de la cité romaine d’Aix-en-Provence, une des plus belles expositions qui soient, presque franciscaine dans son dépouillement et sa grâce, Italia discreta. Rien de spectaculaire ou de grandiloquent, mais une intimité de conversation et d’évidence entre les œuvres d’artistes d’époques différentes, le peintre et dessinateur français…

Privée d’enfance, mais pas de mots, par Edith Bruck, écrivain

« Maman, qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi ils ne veulent pas de nous ? Nous aussi, on est hongrois, non ? – Pour eux, non. Rien que des juifs. Nous sommes juifs. Notre patrie, notre Terre promise, c’est la Palestine, affirmait la mère, en prenant le ton d’une conteuse. » Célébré en Italie par un très grand succès public…

Raphaël divino, ange de la peinture, par la revue Studiolo

Lire, dans la vilénie politique actuelle, une publication aussi belle, rare et cultivée que la revue Studiolo est un bonheur presque décadent. Revue annuelle d’histoire de l’art existant depuis 2002, consacrée aux échanges artistiques entre l’Italie, la France et l’Europe de la Renaissance à nos jours, Studiolo est désormais le fruit éditorial des éditions Macula…

Comme la pierre, par Dune Varela, photographe

©Dune Varela Paraît conjointement à l’ouvrage Guillaume Zuili/Christine Ollier, chez Filigranes Editions, dans la collection La Rencontre, le volume Dune Varela/Julien Bécourt. Artiste en résidence dans le Perche à Perce-en-Nocé en janvier, juin et décembre 2019, Dune Varela a travaillé sur les collections de l’écomusée et le musée de Mortagne-au-Perche – actuellement fermé pour inventaire…

Portrait de l’aimée en amie, par Bernard Bonnelle, écrivain

Pietà, 1475, Ludovico Brea « Gênes est loin d’être la plus belle ville italienne, mais c’est pour moi la plus fascinante, avec ses rues resserrées entre la montagne et le port, ses immeubles qui prennent appui les uns sur les autres, ses degrés, ses terrasses, ses passages. La passion des Italiens pour les murs de soutènement,…

Roma, Amor, par Laurent Bolard, historien de l’art

La Vasque de la Villa Médicis, vers 1898, Maurice Denis « Comment, se questionne Laurent Bolard, si l’on goûte ces visions sublimes, ne pas en savourer les couleurs ? S’il est au monde une capitale colorée, c’est bien celle-ci – et c’est la seule raison pour laquelle vous avez acheté Aux couleurs de Rome de Valery Larbaud….

La passion Jacqueline Risset, par Michel Surya, écrivain

Jacqueline Risset, fin 2013 ©Catherine Hélie Je ne veux cesser de transmettre avec L’Intervalle la mémoire de ceux qui comptent, et de ceux qui ont compté dans le domaine de la sensibilité, de la pensée, de l’art, de la littérature. Ainsi celle de la poétesse et éminente traductrice – de Dante et Machiavel notamment -,…

L’arche du paysage, par Jean-Baptiste Camille Corot, peintre

Souvenir de la Bresle à Incheville, Jean-Baptiste Camille Corot « Les paysages de M. Corot, écrit en 1855 Maxime Du Camp, ne sont peut-être pas ceux que l’on voit, mais ils sont certainement ceux que l’on rêve. » Ah Corot (1796-1875), l’admirable paysagiste, l’obstination à peindre en plein air, puis dans l’atelier, alors que l’âge le contraint….

Sienne, un feu intérieur, par Hisham Matar, écrivain

« La Paix », détail de l’Allégorie du bon gouvernement, 1338-39, Palazzo Pubblico, Sienne / Ambrogio Lorenzetti « L’école siennoise est optimiste, mais aussi flatteuse, en ce que sa peinture fait confiance à notre présence, notre intelligence et notre volonté de participer. » J’ai passé quelques heures magnifiques avec Hisham Matar, écrivain de langue anglaise d’origine lybienne (Au pays…

Autoportait dans l’atelier, par Giorgio Agamben, philosophe

Autoportrait (près du Golgotha), 1896, Paul Gauguin, huile sur toile, Museu de Arte de Sao Paulo Assis Chateaubriand « Un crabe qui tient un papillon en l’air au-dessus de lui entre ses pinces. » Autoportrait dans l’atelier est l’un des plus beaux livres du philosophe Giorgio Agamben, peut-être son plus beau. Il s’agit d’un autoportrait intellectuel, bâti…

Sicile, où rien ne commence vraiment, par Patrick Reumaux, écrivain

« Ne pas être aliéné par le travail permet de faire des rencontres. » (Patrick Reumaux) C’est un livre étrange, assez fou, comme la Sicile, comme Palerme. En référence et hommage au chef d’œuvre Il Gattopardo, de Giuseppe Tomasi di Lampedusa (1896-1957), seul roman de son auteur publié de façon posthume en 1958 (un an plus tard…