Maurice Blanchot et le chant des sirènes, par Tiphaine Le Gall, écrivain (2)

  La rentrée littéraire est peu exaltante, atone, déprimante, masquée. Heureusement, il y a le premier livre de Tiphaine Le Gall, Une ombre qui marche (éditions de L’Arbre vengeur), dont j »ai écrit hier tout le bien que j’en pense. Pressentant des parentés entre cet ouvrage et Le livre à venir de Maurice Blanchot (1959), j’ai…

Le commencement de la terreur, par Patrick Bogner, photographe

« Je voudrais me contenter d’une seule parole, écrit Maurice Blanchot dans L’écriture du désastre (1980), maintenant pure et vive dans son absence, si, par elle, je n’avais à porter tout l’infini de tous les langages. » Dans une adresse à l’ethnologue et écrivain Jean-Yves Loude (Un Cargo pour les Açores, Actes Sud, 2018), reproduite en préface…

Théâtre, mer de ténèbres, par Claude Régy, auteur-metteur en scène

« Je me suis aperçu que le silence n’était pas muet. Que le silence, comme le dit Meschonnic, n’est pas un arrêt du langage mais que c’est, en fait, une catégorie du langage. C’est-à-dire qu’il y a une qualité d’expression qui ne peut s’atteindre que dans le silence et par le silence. » Claude Régy a créé…

Lettre à Samuel Beckett, par Yannick Haenel, écrivain

J’ai reçu de Yannick Haenel copie d’une lettre écrite pendant le confinement pour Samuel Beckett, texte lu un soir pour la radio-télévision belge. Il est inédit en français. Je vous le transmets, sans commentaire, comme on se passe le feu en silence, alors que gagnent les ténèbres. « Montreuil, le 1er mai 2020 Cher Samuel Beckett,…

Dessiner le silence, apprivoiser le noir, par Anne Gorouben, artiste

J’ai découvert le travail graphique d’Anne Gorouben grâce à Léa Veinstein, ayant choisi pour l’illustration de couverture de l’édition de sa thèse, Les philosophes lisent Kafka, Benjamin, Arendt, Anders, Adorno (Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2019), un pastel sec sur carton intitulé Berlin W. Emu par la profondeur de silence et de…

Les destinerrances du photographe Bernard Plossu

« Bernard Plossu est un homme tellurique en quête d’une abolition de toute séparation avec le monde, dans la nostalgie des rochers, de la terre, des rivières, de la mer. La photographie est une tentative de reconquête de cet univers perdu, des retrouvailles avec ceux qui se pressent. Sentiment d’appartenance aux mouvements du monde. »…

The smell of the soul, par Nieves Mingueza, photographe

All Other Voices Have Gone, Only Yours Remains, de Nieves Mingueza, est le neuvième titre des éditions IIkkI, création issue d’un dialogue avec les musicien The Humble Bee et Offthesky ayant eu lieu entre octobre 2018 et juin 2019. Comme toujours chez IIkkI, il est possible de découvrir seulement le livre, ou la musique, ou…

Aux royaumes élyséens de Christine Lefebvre, photographe

Les photographies de Christine Lefebvre sont des œuvres de silence. Il y a du bruit, des bavardages, des communications incessantes, et soudain, sur le mur métamorphosé, des rectangles de vision en noir et blanc créant de la stupeur. Les affaires du jour paraissent insignifiantes, nous voilà ramenés à l’essentiel : la permanence des formes à…

Les marges du visible, par Sébastien Normand, photographe

Travaillant sur les marges du visible, le photographe Sébastien Normand ne cesse d’interroger les limites de l’œil et des appareils de vision. Concevant son œuvre comme un dépassement des cloisons artificielles entre art et science, l’artiste porte avec beaucoup de rigueur des projets de grande ambition (lire ci-dessous). L’Intervalle présente trois de ses livres et…

Sans se cacher, une mémoire familiale, par Léa Veinstein, écrivain

« Je n’écris pas un livre tombeau, ni même l’histoire d’un arrière-grand-père que je n’ai pas eu – mais l’histoire de la découverte d’un prénom. » Premier livre de Léa Veinstein, Isaac est un livre de réappropriation d’une histoire familiale occultée correspondant à un impensé : comment son arrière-grand-père rabbin a-t-il pu continuer à exercer…