Attendre Melancholia, par Claudia Imbert, photographe

Claudia Imbert2
© Claudia Imbert 

Il se passe toujours quelque chose en Gaspésie, péninsule extrême-orientale du Québec, là où tout a commencé quand Jacques Cartier la découvrit en 1534.

Terre d’immigration naturelle pour de nombreux peuples, notamment de pêcheurs, la Gaspésie possède une diversité culturelle étonnante, perceptible surtout pour qui sait se mettre à l’écoute du langage des détails.

L’air y serait-il plus pur qu’ailleurs pour que les visages que l’on y rencontre soient aussi francs, aussi graves, aussi lointains ?

Attentive à ces paysages profonds de l’être, Claudia Imbert a découvert au Québec, pour une part à Petite-Vallée (livre éponyme chez Filigranes Editions, coédition Diaphane Editions et Editions Escuminac), commune de moins de deux cents habitants, des modèles ayant offert à son œil photographique le soin de les révéler, de les émanciper d’eux-mêmes.

Claudia Imbert_Filigranes
© Claudia Imbert 

Cette délicatesse d’approche, faite de précaution et de maîtrise dans l’art de placer ses sujets dans le cadre, est manifeste dès la couverture de son lumineux ouvrage, montrant en plan américain, le corps gainé d’une robe noire à pois, parmi des voitures garées près de l’océan, le visage inquiet d’une superbe jeune fille à la chevelure rousse, bouche close, yeux d’Erèbe, petite star de cinéma qu’on retrouvera plus loin, même et différente, dans une galerie extérieure de portraits dont elle semble le génie tutélaire.

Cette photographie pourrait appartenir à l’école du regard de Géraldine Lay, Julien Magre, ou de Mattia Zoppellaro, mais elle est d’abord totalement de Claudia Imbert, ce qui est parfait ainsi dans le meilleur et imparfait des mondes possibles.

Des mots de fiction écrits par Eric Plamondon accompagnent régulièrement les images, ils ne les commentent pas, mais les déplient un peu, c’est extra.

Filigranes_Petite vallée-5
© Claudia Imbert 

« Ils sont ici à cause d’elles. Ils sont ici par la faute des morues qui se jettent gueules ouvertes sur la moindre chair qui flotte entre deux eaux. Cachés dans des appâts de mollusques et de viscères, des crochets gros comme des pouces se plantent dans les ouïes et percent les crânes. Le bout des lignes file des barques dans un sillon bouillonnant. »

A chacun de dériver en imagination à partir de ces portraits et de deviner le parcours des modèles, de supputer leurs origines familiales, leurs positions sociales, leurs inclinations sensibles.

Les maisons propres et colorées paraissent des décors devant lesquels posent des acteurs d’un jour, de toujours, mais il s’agit aussi simplement de la fermeté d’un habitat ayant la valeur d’un ordre rigoureux et transcendant autorisant le déploiement de la vie en des terres parfois très rudes.

Filigranes_Petite vallée-6
© Claudia Imbert 

Mais un doute subsiste, lorsque l’on pressent que les habitants que photographie Claudia Imbert pourraient appartenir au Village des damnés de John Carpenter, ou au prélude d’un film d’épouvante.

Un buste d’homme impeccablement coiffé surgit d’une eau qu’on suppose très froide. Que fait-il là ?

Un autre se baigne tout habillé. Que comprendre ?

Filigranes_Petite vallée-3
© Claudia Imbert 

« Je n’ai jamais entendu d’autres histoires de noyade dans la rivière qui passait derrière chez ma grand-mère. Ce n’était pas une grande rivière. Mais cette histoire-là, je la vois encore. Si j’avais grandi en Gaspésie, ce sont des centaines d’histoires extraordinaires qui peupleraient mon regard. »

Qu’attendent donc les personnages de Claudia Imbert, regards intérieurs, tendus, ou jetés à l’horizon ?

Une aube nouvelle ? La fin du monde ? La parousie ?

Sous le regard de Dieu, à chacun de jouer sa partition, dans le secret des espoirs, des douleurs et des fantasmes contrariés.

Filigranes_Petite vallée-1
© Claudia Imbert 

Claudia Imbert, Petite-Vallée, texte d’Eric Plamondon, Filigranes Editions / Diaohane Editions / Editions Escuminac, 2018

Site de Claudia Imbert

Filigranes Editions

Diaphane Editions

Editions Escuminac

Filigranes_Petite vallée-2
© Claudia Imbert

main

Se procurer Petite-Vallée

Filigranes_Petite vallée-7
© Claudia Imbert 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s