Une carte du Tendre du corps fantasmatique, par Claire Richard, écrivain

« Les architectes appellent « chemins de désir » les sentiers qui forment progressivement sous les pas des marcheurs, des animaux ou des cyclistes, à côté des infrastructures prévues pour eux. Ils apparaissent dans la neige sale, l’herbe foulée, dans la boue et sur le bitume frais. La plupart du temps, on les voit à…

Une fiction de Colombie, par Guillaume Chauvin, photographe

Né en 1987 et « habitué aux expériences battues hors des sentiers », Guillaume Chauvin travaille comme auteur photographe questionnant la subjectivité des images et affirmant son « point de vue documenté ». Établi un temps en Russie et attiré par les personnages alternatifs, il publie ses récits illustrés, reportages de guerre, poèmes ou manifestes dans la…

Grace, liane du bois de Vincennes, par Karine Miermont, écrivain

Grace l’Intrépide est le portrait d’une prostituée nigériane travaillant dans le bois de Vincennes. Quatre ans après L’année du chat, la romancière s’attache une nouvelle fois à raconter une histoire vraie, ou presque, créant par la fiction une force de vérité. Livre très informé sur les conditions de l’esclavage sexuel moderne, Grace l’Intrépide touche d’autant…

La photographie à hauteur de ventre, par Florence Chevallier

Dans l’ordre des fables, on connaissait L’arbre, le maire et la médiathèque d’Eric Rohmer (1993). Il y a maintenant la triade de la photographe Florence Chevallier, exposée jusqu’au 6 janvier au Centre d’Art Contemporain de Saint-Pierre de Varengeville près de Rouen (emblème de la politique de mécénat de la Matmut), Les Fleurs, le Chien et…

La famille, entre réalité et fiction, par Carolle Bénitah, photographe

Photographe représentée par la Galerie 127 située à Marrakech (lire mon article d’hier), l’artiste marocaine Carolle Bénitah a engagé un travail au long cours sur sa famille, ayant construit de façon remarquable avec Photos Souvenirs (Kehrer Verlag, 2016), une sorte d’anti-album de famille, intervenant sur les photographies à l’aide d’aiguilles et de fils. Carolle Bénitah…

Le village, une fiction haïtienne, par Corentin Fohlen, photographe

Depuis quelques années, sans l’avoir véritablement cherché, Corentin Fohlen constitue, de façon très sensible et documentée, l’archive photographique d’un pays de beauté frappé par de nombreux malheurs, les catastrophes climatiques et sanitaires régulières s’accompagnant de l’incurie des pouvoirs publics et de la cleptomanie de la classe dirigeante. Grand lecteur d’écrivains haïtiens majeurs, qui sont parfois…

La photographie comme un tympan, par Charlotte Tanguy

On imagine davantage la street photography dans les rues de Chicago, New York et Detroit, qu’à Moscou, Saint-Pétersbourg et Novgorod, parce qu’on associe cette photographie incluse dans le flux de la vie à la modernité urbaine, que n’incarnent pas forcément dans notre imaginaire les villes russes. In a sense, bel ouvrage malicieux de Charlotte Tanguy…

Attendre Melancholia, par Claudia Imbert, photographe

Il se passe toujours quelque chose en Gaspésie, péninsule extrême-orientale du Québec, là où tout a commencé quand Jacques Cartier la découvrit en 1534. Terre d’immigration naturelle pour de nombreux peuples, notamment de pêcheurs, la Gaspésie possède une diversité culturelle étonnante, perceptible surtout pour qui sait se mettre à l’écoute du langage des détails. L’air…

Réel et fiction, un rapport de force, par Emilie Traverse, photographe

Très remarqué cet été à Arles, Nuit Blanche, d’Emilie Traverse, est un livre de sensations aiguës, une matière expérimentale très sensuelle obtenue au flash numérique lors d’une nuit hallucinée. Issue des arts plastiques, Emilie Traverse utilise le médium photographique comme un champ d’exploration d’une visibilité filtrée/donnée par la mémoire et l’histoire des images. Nuit Blanche…

Walk With Strangers, par Benjamin Deroche, photographe

La ville de New York n’existe pas, d’ailleurs Benjamin Deroche l’a rencontrée. En mai 2018, le photographe était du côté de NoLIta (North of Little Italy) et Chelsea, soit nulle part, ou au centre du monde habitable, puisque le prix de l’immobilier y atteint désormais des sommes plus que confortables. Pourtant, les façades qu’il regarde…

Le réel ne suffit pas, par Juliette Agnel, photographe

Il y a chez la photographe Juliette Agnel un émerveillement permanent, premier, face aux paysages extrêmes et à la stupeur qu’ils suscitent. Comprenant l’esthétique comme l’un des domaines majeurs de l’anthropologie, l’artiste aime se confronter à l’inconnaissable, à l’incommensurable. Voilà pourquoi le monde scientifique la passionne, pour ses découvertes, sa rigueur, ses folles ambitions. Il…