Une femme scandaleuse, par Annie Ernaux, écrivain

Ron Hicks, 1965 En exergue de son dernier très bref récit d’une liaison avec un homme de presque trente ans de moins qu’elle, Annie Ernaux annonce ce qui est la grande question de la littérature : « Si je ne les écris pas, les choses ne sont allées jusqu’à leur terme, elles ont été seulement vécues. » Les…

Jean Eustache en vérité, par Sylvie Durastanti, compagne, scénariste, écrivain

« Dans les trois dernières années, les trois derniers mois, les trois dernières semaines de sa vie, Jean Eustache n’était pas le fantastique reclus halluciné, égaré en ses rêves, à jamais coupé du monde, mi-Howard Hughes, mi-Mabuse, que d’aucuns se plaisent à portraiturer. » (Sylvie Durastantià Je voulais tout écrire de mes impressions consécutives à la lecture…

La règle du jeu des rêves, par Rachel Sassi, écrivain

©Joseph Charroy  « Une plaine désertique, un no man’s land / Une voie de tramway au milieu / Des bâtiments de zone industrielle à l’abandon / J’attends le tram // Jean-Luc a dit que c’est ici / Précisément à cet endroit-là / Que l’on peut voir que nous avons perdu la guerre // Je prends le…

Belgiques, par les frères Dardenne, et la revue Les Moments littéraires

©Guy Jungblut « Si l’introspection protestante est rarement le fait des Belges, la recomposition autobiographique est plus prégnante en France – avec la forme de fictionnalisation qu’elle implique. » (Marc Quaghebeur) Un numéro de la revue Les Moments littéraires (direction Gilbert Moreau) entièrement consacré aux diaristes belges, accompagné de deux portfolios confiés à la photographe Anne De…

Un chant d’amour, par Marion Poussier, photographe

A l’occasion de son exposition personnelle à l’Hôtel Fonfreyde – Centre photographique de Clermont-Ferrand (30 juin au 19 septembre 2021), j’ai écrit pour Marion Poussier le texte que je reproduis ici : ‘Un chant d’amour Déchirure, absurde, ressentiment, échec, nihilisme, ces mots ne font pas partie du vocabulaire de Marion Poussier, dont toute l’œuvre est…

Dans les forêts d’émeraude, par Olivia Lavergne, photographe

©Olivia Lavergne « Les parfums roulaient les uns sur les autres, c’était l’heure où les esprits de la forêt tenaient leur assemblée, pour savoir comment, demain ou au siècle prochain, serait répartie la lumière entre les êtres vivants. » (Bérengère Cornut) Nous avons besoin de renouveler notre rapport à la nature, notre lien à l’environnement, notre pacte…

Dingues de soleil, et du ciboulot, par Kourtney Roy, photographe

©Kourtney Roy Il faudra un jour sérieusement s’interroger, mais avec bienveillance, il va sans dire, sur la santé psychique de la photographe Kourtney Roy. Car, franchement, est-ce que l’on fait cela si l’on a toute sa raison ? Est-ce que l’on produit The Tourist (André Frère Editions, 2020) si l’on ne rêve inconsciemment de passer de…

Un Bloody Mary pour Samuel Lebon, photographe, et cavalier noir

« Je suis un cœur de pierre, un assassin. J’aurais dû mourir de chagrin après les désolations que j’ai causées, mais je suis là, encore plus fort, insensible, comme si j’avais fait mon stage de fin d’étude à la morgue. » Après avoir vu et lu Satan mène le bal (Filigranes Editions, 2020), j’ai proposé à Samuel…

La montagne et l’humanité homicide, par Erri De Luca, écrivain

« La loi punit ceux qui impriment de faux billets, mais elle laisse courir ceux qui écoulent des mots erronés. Moi, je protège la langue que j’utilise. » Un homme incarcéré, accusé d’avoir jeté dans le vide, lors d’une ascension en montagne, un camarade de luttes politiques ayant trahi les siens afin d’obtenir une réduction de peine….

Thermidor, les villes se barricadent, par Jacques Berthet, photographe

Pour l’instant, tout est calme, tout dort, tout repose dans le silence. La ville a travaillé, secrètement, discrètement, toute la nuit, et la voilà dès l’aube nouvelle métamorphosée. Des plaques de bois ont été posées un peu partout avec minutie, sur les façades des immeubles, banques, et magasins rutilants. Une émeute se prépare, il faut…

Derrière un Vittel-menthe, par Didier Blonde, écrivain

« Il m’arrive, parfois, à peine entré, de ressortir. Non, je le vois bien, ici, n’est pas mon genre, pas de place qui me convienne, trop de bruit, de lumière, de musique, de télévision, de soliloques au téléphone, je ne m’y reconnais pas, aucun visage qui me retienne, un coup d’œil m’a suffi, allons voir…