La beauté sortie armée du cerveau de Jan Fabre

15 - JAN FABRE ACCROCHAGE (71)
© Jan Fabre / Fondation Maeght

« Jan Fabre n’a jamais craint de dessiller les yeux du public. A des débuts, il lui donnait à voir des chorégraphies chocs de corps suppliciés. Aujourd’hui, il montre qu’il sait également l’émouvoir par des images d’une sereine beauté. Parmi ses sculptures récentes, L’artiste qui tente de faire avancer son propre cerveau (2007) est l’œuvre que je préfère. Elle représente l’artiste debout, rênes en mains, conduisant son cerveau comme s’il s’agissait d’un cheval. » (Petran Kockelkoren)

Il y a une folie Jan Fabre qui est une démesure de sagesse.

06 - JAN FABRE ACCROCHAGE (115)-recadre
© Jan Fabre / Fondation Maeght

Il y a une volupté Jan Fabre, qui est un jeu baroque avec la mort, une héraldique précieuse faite de marbre et de carapaces d’insectes, de métaux polis et de porphyre sculpté.

Jan Fabre est un artiste total, une sorte de monstre, un humaniste du siècle de l’anthropocène faisant dialoguer les disciplines (théâtre, danse, dessin, sculpture), converser l’art et la science, les vivants et les morts, Dieu et les animalcules.

11 - JAN FABRE ACCROCHAGE (105) - recadre
© Jan Fabre / Fondation Maeght

Héritier du surréalisme, le géant belge est aussi un compagnon du Moyen Age inventant des cathédrales de pierre, de sang et d’os pour célébrer l’union de l’esprit et de la matière, des dédales cérébelleux (voir la couverture du catalogue que lui consacrent les éditions Gallimard à l’occasion d’une exposition à la Fondation Maeght), et du rire majeur de nature bouffonne.

Dérision, provocation, explosion, libération.

14 - JAN FABRE ACCROCHAGE (45) - recadre
© Jan Fabre / Fondation Maeght

Le gai savoir rabelaisien armé d’une redoutable impertinence conduit à la voyance.

Les cerveaux de marbre exposés dans la cour Giacometti du paradis de Saint-Paul de Vence sont des fesses, ou peut-être des tortues, d’où naissent des objets de piété.

Les idées s’attrapent au lasso de l’insolence.

05 - JAN FABRE ACCROCHAGE (124)-recadre
© Jan Fabre / Fondation Maeght

Sortir par le cœur-cerveau de la boucherie qui nous tient lieu de monde.

Extirper aux forceps du travail inlassable Eros de Thanatos. Vitesse d’une tortue-Sisyphe poussant un peu plus loin son rocher-cerveau.

Titre d’un film de 14 minutes et 9 secondes (année de production 2007), Le cerveau est-il la partie la plus sexy du corps ? (remplacer le sujet de cette phrase interrogative par le pénis et en tirer toutes les conséquences)

21 - JAN FABRE ACCROCHAGE (11) - recadre
© Jan Fabre / Fondation Maeght

Multipliant les textes savants, très intelligents, informés, d’historiens de l’art – le travail de Jan Fabre se prête particulièrement bien à l’exégèse -, le catalogue de Ma nation : l’imagination donne aussi la parole au psychanalyste Daniel Sibony : « Ces cerveaux que Jan Fabre nous met en face sont émouvants comme des animaux, des « esprits animaux », fragiles et mis à nu, accroupis, nous montrant leur derrière ou leur face aux « yeux » froncés. Parfois, ils semblent prêts à bondir, mais ils n’ont pas de quoi faire mal ; au cerveau il manque un corps et c’est lui-même un corps étrange. Toujours entre l’être et l’avoir. (Et quid de l’écart entre nous et notre cerveau ? Chacun est son cerveau et il l’a comme support de son existence.) »

L’œuvre du « guerrier de la beauté » est une traversée des mythes antiques et catholiques, un champ de formes stupéfiantes ne masquant pas la béance d’où elles proviennent, ce petit tas ridicule de matières molles d’où tout semble procéder.

29 - JAN FABRE ACCROCHAGE (140)
© Jan Fabre / Fondation Maeght

Chez Fabre, le cerveau est sacralisé tout autant que moqué, défié, porteur d’ailes tel Mercure ou percé de flèches comme Sébastien.

Mettez-le dans un reliquaire, ou laissez-le flotter dans un ciboire.

C’est un insecte promis à la dévoration, une conque où habitent des carabidés d’or.

02 - JAN FABRE ACCROCHAGE DSC_0019
© Jan Fabre / Fondation Maeght

Nous sommes notre cerveau, nous sommes sexy, nous sommes Michel-Ange, nous sommes Jan van Fabre Eyck refaisant en 2014 le portrait de Rizzolatti Arnolfini, un couteau planté à la jonction des hémisphères.

Nous sommes le gisant de K.Z. Lorenz.

Nous sommes un « mystique contemporain », Anversois très vivant couché dans les bras de sa mère au masque de mort.

005615546

Jan Fabre, Ma nation : l’imagination, textes de Paul Ardenne, Olivier Kaeppelin, Barbara de Vonick, Melania Rossi, Numa Hambursin, Thierry Raspail, Daniel Sibony, Petran Kockelkoren, Blandine Gwizdala, Dick Swaab, Bianca Cerrina Feroni, Gallimard, 2018, 264 pages – 180 illustrations

Site Gallimard

Catalogue de l’exposition Jan Fabre à la Fondation Maeght (Saint-Paul de Vence), du 30 juin au 11 novembre 2018

Fondation Maeght

23 - JAN FABRE ACCROCHAGE (146)
© Jan Fabre / Fondation Maeght

main

Se procurer Jan Fabre, Ma nation : mon imagination

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s